1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Economie et développement

Quand l'OMC se cherche une raison d'être

Oublié le multilatéral et l'OMC... Beaucoup de pays parient désormais sur les accords bilatéraux. L'Organisation mondiale du commerce est-elle capable de changer de stratégie et de séduire à nouveau ?

Le siège de l'OMC, à Genève

Le siège de l'OMC, à Genève

Il est loin le temps des grandes manifestations contre l'Organisation mondiale du commerce, comme celle de 1999 à Seattle. Les altermondialistes considéraient alors l'OMC comme le fer de lance du néolibéralisme. Aujourd'hui, certains n'hésitent pas à prédire la disparition prochaine de l'organisation et de son modèle multilatéral. L'année 2013 pourrait être décisive pour l'avenir de l'OMC, avec notamment l'arrivée d'un nouveau directeur général qui remplacera en septembre le Français Pascal Lamy. Rayna Breuer fait le point pour nous sur les douze années écoulées depuis le lancement du "cycle de Doha" et sur les défis actuels pour l'OMC.

Dans l'interview de la semaine, il est question des travailleurs immigrés qui envoient de l'argent à leur famille. Malgré la crise économique qui frappe certains pays d'accueil, ces transferts ne faiblissent pas. Les coûts de transfert non plus et ils sont particulièrement élevés lorsque l'on veut envoyer de l'argent dans les pays les plus pauvres. C'est le constat que fait notre invité : Rolf Traeger, de la division Afrique-PMA de la Cnuced (Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement).

Écouter l'audio 12:30

Quand l'OMC se cherche une raison d'être

Archives

Audios et vidéos sur le sujet