Quand la politique rend ivre | Vu d′Allemagne | DW | 22.10.2008
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Quand la politique rend ivre

A la Une des journaux aujourd'hui: les nouvelles propositions de Nicolas Sarkozy pour lutter contre la crise financière et le sommet sur l'éducation en Allemagne.

default

Nicolas Sarkozy, président de l'Union européenne jusqu'en décembre 2008

Comme à son habitude, le président français Nicolas Sarkozy suscite des commentaires très partagés dans la presse allemande. Les hommes politiques sont tellement grisés par leur nouvelle marche de manœuvre, due à la crise financière, qu'ils ne connaissent plus de limite, note die Welt. Sinon comment comprendre que Nicolas Sarkozy ait relancé son idée de créer un gouvernement économique dans la zone euro et plaidé pour des prises de participation des 27 dans l'administration de l'industrie européenne? Ses propositions, en plus d'être naïves, sont dangereuses. Et puis, ajoute le journal, sous la rhétorique européenne du président, se cachent évidemment des intérêts nationaux. Comme d'autres pays, la France utilise la crise pour essayer de tirer des bénéfices avant tout pour ses propres entreprises et ses propres banques.

EU Gipfel Brüssel Gusenbauer Juncker Sarkozy

Pas toujours facile de se faire entendre. De gauche à droite le chancelier autrichien, Alfred Gusenbauer, le Premier ministre du Luxembourg Jean-Claude Juncker et Nicolas Sarkozy


Pour la Süddeutsche Zeitung aussi il est clair que Sarkozy défend avant tout les intérêts de la France. L'homme est difficile à classifier : ce n'est pas un libéral, contrairement à ce que certains pouvaient penser au début. Mais ce n'est pas non plus un homme de gauche. C'est un homme politique qui s'enivre des situations de crise et cela, ajoute le journal, il va falloir le supporter jusqu'à fin décembre.

Deutschland Finanzkrise Börse in Frankfurt Aktienmarkt mit kräftigen Gewinnen

Et pendant que les hommes politiques se concertent, les places boursières continuent à chuter.


Pour la Frankfurter Rundschau au contraire, Nicolas Sarkozy représente incontestablement une chance pour l'Europe. Il ne fait rien d'autre que de mettre le doigt là où ça fait mal. Il comprend mieux que quiconque les relations de pouvoir qui régissent le capitalisme et donc les vrais problèmes auxquels est confrontée l'union monétaire.

La Frankfurter Allgemeine Zeitung revient sur l'étude de l'OCDE, l'organisation de coopération et de développement économique, à propos des inégalités de revenus dans le monde. Ce qui est inquiétant selon la FAZ c'est l'augmentation du risque de devenir pauvre. Face à ce constat, il est primordial d'aider les jeunes, note le quotidien, car ce sont eux qui sont les plus exposés à la pauvreté. Et le meilleur moyen d'y échapper reste encore la formation.

Deutschland Bildung Angela Merkel auf Bildungsreise

L'éducation, où l'une des priorités de la chancelière Angela Merkel


Une conclusion qui vient à point nommé puisque se déroule aujourd'hui le sommet sur l'éducation, initié par la chancelière Angela Merkel. Die Tageszeitung déplore que les réflexions à ce sujet ne concernent une fois de plus que les élites. Les conservateurs ont beau vendre la formation comme moyen de lutte contre la pauvreté, dans les faits, c'est leur politique qui empêche les pauvres d'accéder à l'éducation.


  • Date 22.10.2008
  • Auteur Konstanze von Kotze
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/Fell
  • Date 22.10.2008
  • Auteur Konstanze von Kotze
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/Fell
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !