1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Forum des cultures

Quand deux mondes s'opposent

Dans « Le poids du serment », le réalisateur burkinabè Daniel Sanou Kollo, dénonce l'intolérance religieuse et l'avidité des sectes.

Projection lors du festival de cinéma africain « Au-delà de l'Europe »

Projection lors du festival de cinéma africain « Au-delà de l'Europe »

Dénoncer les problèmes sociaux, particulièrement ceux qui sont liés aux conséquences de la colonisation en Afrique, voilà le cheval de bataille de Daniel Sanou Kollo. Dans « Tasouma », le réalisateur burkinabè avait évoqué le sort des anciens tirailleurs, ces soldats recrutés par la France dans les colonies pendant la Première puis la Seconde Guerre mondiale.

Affiche du film « Le poids du serment », qui a été projeté à Cologne lors du festival « Au-delà de l'Europe »

« Le poids du serment » a été projeté à Cologne lors du festival « Au-delà de l'Europe »

Dans son film « Le poids du serment », Daniel Sanou Kollo se penche sur la religion. Ou plutôt sur les religions, l'animisme d'une part et les religions héritées des puissances coloniales d'autre part. Pour ce faire, le cinéaste a choisi de présenter une confrérie de chasseurs, celle des dozos.

Dans un village, deux hommes participent à un rite d'initiation pour adhérer à la confrérie. Il s'agit de deux amis… et pourtant : une fois partis chasser en brousse, l'un va tendre un piège à l'autre et le laisser pour mort, espérant ainsi pouvoir prendre sa place auprès de son épouse. Mais l'apprenti chasseur n'a pas perdu la vie, seulement la mémoire. Après une longue errance, il se retrouve en ville, où il est recueilli par un groupe de religieux. Une secte évangéliste dont les valeurs sont bien différentes de celle des dozos.

« Le poids du serment » illustre les changements de mentalité dans les pays africains après la colonisation et l'indépendance, sur les plans spirituel et social. Le film a été présenté à la dernière édition du Fespaco (Festival Panafricain de cinéma de Ouagadougou) en 2011, puis au Maroc, et dans plusieurs pays européens : la France, l'Autriche, la Suisse, mais aussi l'Allemagne, où Daniel Sanou Kollo était invité au festival « Au-delà de l'Europe », le festival de cinéma africain de Cologne. Malgré cette reconnaissance internationale et l'engouement du public, les conditions de production et de distribution restent extrêmement précaires sur le continent africain.

Écouter l'audio 12:30

Ecoutez le Forum des Cultures

Audios et vidéos sur le sujet