1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Psychose à Goma

Alors que le dialogue continue à Kampala entre le M23 et le gouvernement de la République Démocratique du Congo, à Goma, la capitale du Nord-Kivu, la population a peur que le M23 ne reprenne le contrôle de la ville.

Rue de Goma

Rue de Goma

Cette psychose au sein de la population est due aux rumeurs selon lesquelles le M23 est en train de renforcer ses troupes aux environs de Goma, pour reprendre le contrôle de cette ville. Le président de ce mouvement rebelle, l’évêque Jean-Marie Runiga, affirment que ses troupes peuvent à tout moment prendre la ville. Il laisse toutefois une chance au dialogue de Kampala :

« La priorité, c’est le dialogue. Nous sommes en train de négocier à Kampala. En ce qui concerne le M23, je peux dire à la population de ne pas avoir peur. Mais je ne dirige pas les FARDC [les Forces armées de la république du Congo, armée régulière, ndlr], je ne peux donc que donner l’assurance que nous ne serons pas les premiers à provoquer. Mais si nous sommes attaqués, nous allons nous allons nous défendre. »

La population de Goma, elle, vit la peur au ventre, ne sachant pas quand les troupes du M23 vont entrer dans Goma. Les habitants gardent de mauvais souvenirs de la prise de Goma par les rebelles en novembre dernier. Malgré la tension omniprésente dans la capitale du Nord-Kivu, le dialogue entre les délégués du gouvernement de Kinshasa et ceux du M23 continue à Kampala. Bien que présent à ces discussions, le chef politique du M23 émet des doutes quant à la sincérité du gouvernement.

En cliquant sur le lien ci-dessous, écoutez les précisions de notre correspondant John Kanynyu.

Écouter l'audio 02:04

La population a un mauvais souvenir de l'entrée du M23 à Goma

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !