Prochaine reprise du transit du gaz russe vers l′Europe | International | DW | 09.01.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Prochaine reprise du transit du gaz russe vers l'Europe

Le contentieux gazier entre la Russie et l’Ukraine semble résolu, du moins la question du transit du gaz russe à travers le territoire ukrainien.

default

Jauge de pression sur un gazoduc ukrainien

Après une journée d’intenses discussions entre toutes les parties concernées à Bruxelles, l'Union européenne a finalement obtenu l'accord de la Russie comme celui de l’Ukraine pour le déploiement d'observateurs européens des deux côtés de la frontière russo - ukrainienne dès ce vendredi. Des centaines de milliers de personnes en Europe centrale et orientale peuvent espérer pouvoir bientôt chauffer leurs habitations alors qu’un froid glacial règne sur une grande partie du continent.

La Russie s’est déclarée prête à accueillir des observateurs étrangers, avec la participation d’experts du groupe gazier russe Gazprom, de l’Ukrainien Naftogaz et de compagnies européennes. Le président de Gazprom Alexei Miller:

" La situation survenue lors du transit du gaz russe à travers le territoire de l’Ukraine est simplement incompréhensible. Nous sommes convenus avec nos partenaires européens d’envoyer des observateurs européens indépendants sur les installations ukrainiennes de transit du gaz. Et je suis persuadé que les consommateurs européens vont recevoir à nouveau 100% du gaz russe qui leur est destiné .“

De son côté l'Ukraine a déclaré ne pas être opposée à la venue d'observateurs russes, aux côtés des Européens, pour vérifier que le gaz russe est bien acheminé sans pertes vers l'Europe via le territoire ukrainien. Depuis le 1er janvier, l'Ukraine elle-même est privée d'approvisionnements gaziers russes, faute d'un accord avec Moscou sur les tarifs. Ce qui provoque le courroux du Premier Ministre russe Wladimir Poutine :

„Si nous mêmes en Asie Centrale , nous payons 340 dollars pour 1000 mètres cube de gaz et que nous l’offrons à l’Ukraine pour 250 dollars, que pensez vous du fait que nos partenaires ukrainiens ne signent pas ce contrat?! -Ils ne veulent pas signer et ils ne veulent pas payer, c’est tout!“

Mais quelle que soit la nature du conflit entre Moscou et Kiev, le président du Parlement européen , Hans-Gert Pöttering estime que cela ne doit pas et ne peut avoir des conséquences pour les clients européens:

Nous insitons sur le fait que les contrats que nous avons et que les pays membres ont, doivent être réalisés et honorés . Les problèmes qui existent entre la Russie et l’ Ukraine doivent être résolus, mais nous ne pouvons être la victime !.”

Entretemps, une première équipe internationale d'observateurs est arrivée en Ukraine et a déjà commencé le contrôle des installations acheminant le gaz russe vers l’Union européenne. Toutefois, en raison de questions techniques, comme l’a indiqué le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, la reprise des livraisons de gaz à l'Europe prendra au moins trois jours.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !