Procès sous haute surveillance en Éthiopie | Afrique | DW | 22.12.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Procès sous haute surveillance en Éthiopie

Deux journalistes suédois ont été reconnus coupables de soutien au terrorisme et risquent une peine de 18 ans et 6 mois de prison. Un procès décrié par plusieurs organisations de défense des médias.

Entrée principale de la Haute cour fédérale de justice à Addis-Abeba

Entrée principale de la Haute cour fédérale de justice à Addis-Abeba

Selon le CPJ , le Comité pour la protection des Journalistes et RSF, Reporters sans frontières, ce procès vient confirmer une fois de plus la sérieuse dégradation de la liberté de presse en Ethiopie.

Les deux journalistes suédois, Martin Schibbye et Johan Persson avaient été arrêtés au mois de juillet dernier avec des rebelles du "Front national de libération de l'Ogaden". Au cours de leur procès, ils ont reconnu être entrés illegalement dans le pays, mais ont rejeté toute accusation de terrorisme.

Photo du journaliste Martin Schibbye prise en 2009 aux Philippines

Photo du journaliste Martin Schibbye prise en 2009 aux Philippines

Groupe pétrolier suédois

Les deux accusés ont déclaré être venus en Ethiopie pour enquêter sur les activités d'un groupe pétrolier suédois, la "Lunding Petrolium". Cependant le juge les a déclarés coupables car selon lui, ils n'ont pas été capables de prouver qu'ils ne soutiennent pas le terrorisme.

Aucun interprète n'a été mis à leur disposition au cours du procès, et leur avocat a déjà évoqué la possibilité d'un appel. L'organisation Reporter Sans Frontières trouve le verdict absurde car le but réel est d'étouffer le travail légitime des journalistes. Le Premier ministre suédois a demandé à Addis Abeba de les libérer aussi vite que possible.

Le photographe Johan Persson sur un cliché réalisé en 2010

Le photographe Johan Persson sur un cliché réalisé en 2010

L'accusation a réclamé contre eux 18 ans et 6 mois de prison. Le verdict devrait être prononcé le 27 décembre prochain. En 2011, selon Reporters sans Frontières, quatre journalistes ont été assassinés en Ethiopie, une dizaine d'autres sont en prison et trois en exil.

Auteur : Noé da Silva

Edition : Philippe Pognan

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !