1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Prison avec sursis pour deux militants tchadiens

Les deux leaders de la société civile Nadjo Kaina Palmer et Bertrand Solloh Ngandjei sont ressortis libres du tribunal de N'Djamena. Ils ont été condamnés à six mois d'emprisonnement avec sursis.

Dès huit heures, le Palais de Justice de N'Djamena était pris d'assaut par les militants du mouvement citoyen Iyina ("On est fatigué"), des amis et parents tous habillés de T-shirts blancs à l'effigie des prévenus, le tout sous haute surveillance policière. C'est à ce moment qu'arrivent Nadjo Kaina et Bertrand Solloh, tous deux souriants, visiblement détendus et sereins, à bord d'une fourgonnette en compagnie d'autres détenus.

Provocation à l'attroupement

A l'ouverture de l'audience, le tribunal appelle les prévenus à la barre et les renvoie à des fins de poursuite pour  délit de tentative de complot visant à renverser le régime de  Deby. Il les déclare ensuite coupable des délits de provocation d'attroupement et les condamne à six mois de prison avec sursis. Maître Dainoné Frédéric, avocats des prévenus, dit ne pas comprendre cette sentence.

Nadjo Kaina Palmer

Nadjo Kaina Palmer

"Nadjo Kaina et Bertand Solloh n'ont jamais appelé qui que ce soit à s'attrouper. Ils ont simplement appelé ceux qui sont d'accord avec leurs convictions à s'habiller en rouge. Donc nous estimons que le juge n'a pas fait une bonne application de la loi. Nous comptons interjeter appel pour que la Cour d'appel puisse corriger les imperfections de ce jugement."

C'est l'indignation également du coté des parents et amis, venus nombreux assister au verdict. Ngarassal Saham Jacques, militant de la société civile pense "que le système judiciaire tchadien doit revoir sa manière de faire car ces jeunes ont mené leurs actions en tant que défenseurs des droits de l'homme et c'est en cela qu'on les a condamnés. Je trouve que ce n'est pas normal."

Un quasi-incident diplomatique

L'arrestation de ces militants de la société civile a failli créer un incident diplomatique entre le Tchad et les chancelleries occidentales basées à N'Djamena. La semaine dernière, cinq représentations diplomatiques, parmi lesquelles l'Ambassade d'Allemagne au Tchad, ont rappelé le gouvernement du Tchad au respect des libertés fondamentales et des droits de l'homme dans une déclaration commune. Une déclaration que le gouvernement  n'a pas appréciée et qualifie d'une  prise de position en faveur de l'opposition et de la société civile.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !