1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Prise en charge critique d'ex-rebelles en RDC

La mort récente d'une centaine de personnes dans un camp militaire accueillant des rebelles démobilisés continue de faire des vagues en R.D.Congo. Des problèmes de prise en charge en seraient la cause fondamentale.

En novembre 2013, après de lourds combats, l'armée congolaise est venue à bout des rebelles du M23 autrefois actifs dans le Kivu

En novembre 2013, après de lourds combats, l'armée congolaise est venue à bout des rebelles du M23 autrefois actifs dans le Kivu

Le drame, dénoncé par l'ONG américaine Human Rights Watch, est survenu dans un camp militaire de Kotakoli, dans la province de l'Equateur (Ouest). Plus de mille rebelles démobilisés et leurs familles sont logés dans ce camp. Human Rights Watch regrette la mort de 42 combattants démobilisés et d'au moins cinq femmes et 57 enfants. Mais ce drame n'est pas le premier du genre.

Martin Kobler UNO-Mission Kongo

En image, le Chef de la Monusco Martin Kobler visitant des ex-rebelles à Bweremana (décembre 2013)

Difficultés liées au processus DDR

Des centres d'accueil d'ex-rebelles créés dans le cadre du programme DDR, désarmement, démobilisation et réinsertion, sont en général confrontés à des problèmes logistiques dans ce pays. Eliezer Ebeya, secrétaire de l'ONG "Société civile" du district du Nord Oubangui, où se situe le camp de Kotakoli :

«On a essayé, on a travaillé avec l'autorité sanitaire du district ... pour voir comment intervenir en faveur de ces gens-là. Mais jusque là, la solution revient au gouvernement congolais ! Nous de la société civile, nous n'avons pas de solution à apporter si ce n'est demander aux personnes de bonne volonté de venir en aide à ces personnes.»

Fin 2013, lors d'une mission à Bweremana à une cinquantaine de kilomètres de Goma (chef-lieu de la province orientale du Nord Kivu), notre équipe de reportage avait également constaté des irrégularités dans l'encadrement de centaines d'ex-rebelles démobilisés. Faute de prise en charge adéquate, certains de ces hommes se sont attaqués aux populations en volant leur nourriture. D'autres auraient repris le chemin du maquis.

La Monusco est jusqu'ici la plus importante mission de l'Onu au monde

La Monusco est jusqu'ici la plus importante mission de l'Onu au monde

Appel à l'aide étrangère

Un problème préoccupant pour la Conférence internationale de la région des Grands Lacs (CIRGL). Baudouin Hamuli en est le coordinateur en RDC : «Nous avions reçu, il y a deux ou trois mois, des appels à l'aide des combattants maï-maï démobilisés qui sont là-bas et qui se préparent pour la réintégration. Ils avaient parlé de conditions difficiles de vie. Les moyens sont insuffisants, le budget de l'Etat est très faible pour à la fois s'occuper de tous les processus de désarmement des ex-rebelles, s'occuper des déplacés. Il y a énormément de problèmes. Nous sommes heureux du soutien de la Monusco (Mission de l'Onu pour la stabilisation de la RDC) et de la communauté internationale mais pour ce programme-là en particulier, je crois qu'il faut vraiment un appui international.»

Les mauvaises conditions dans les camps de regroupement d'ex-rebelles ont toujours constitué un grand défi pour la réussite des programmes DDR en RDC. Des programmes coûteux, pour lesquels le gouvernement congolais s'appuie sur une aide financière étrangère, plutôt lente.

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !