1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Prince Johnson soutient Ellen Sirleaf

Prince Johnson soutiendra la présidente sortante Ellen Sirleaf au second tour de la présidentielle au Libéria. Un ralliement avantageux pour la présidente libérienne qui se trouve néanmoins flanquée d'un allié sulfureux.

Prince Johnson: ancien chef de guerre et aujourd'hui politique incontournable au Liberia

Prince Johnson, ancien chef de guerre et aujourd'hui homme politique incontournable au Libéria

Prince Johnson, c'est l'homme qui a renversé l'ancien président Samuel Doe et dont l'histoire se souviendra d'une image : celle de Prince Johnson buvant une bière pendant que ses hommes devant lui torturaient à mort Samuel Doe. Cela se passait en septembre 1990, avant le début de la seconde guerre civile au Libéria. Aujourd'hui, la paix est revenue au Libéria. La Fondation Mo Ibrahim classe même ce pays en tête de ceux où les progrès démocratiques ont été les plus remarquables au cours des cinq dernières années.

Mais les fantômes du passé sont toujours là et l'un d'entre eux est bien Prince Johnson, sénateur d'une région minière du nord du Libéria, arrivé en 3e position au premier tour de l'élection présidentielle avec près de 12% des voix. Ce qui le place en position de décider, par le report de ses voix, qui sera le prochain président – ou la présidente – du Libéria. « C'est formidable. Maintenant je peux choisir si ce gouvernement va rester six ans de plus au pouvoir ou bien si nous voulons par exemple un nouveau gouvernement pour douze années. C'est la décision et j'ai les cartes en mains. Regardez : gauche, droite ! Regardez ce que nous allons décider ! », a déclaré, très satisfait, Prince Johnson.

Winston Tubman (à gauche) et la présidente sortante Ellen Johnson Sirleaf

Winston Tubman (à gauche) et la présidente sortante Ellen Johnson Sirleaf

Dans six ans

Pourquoi est-ce que Prince Johnson a décidé de soutenir Ellen Johnson Sirleaf ? Par intérêt personnel ? Sans doute. Par intérêt politique ? C'est à voir s'il peut sortir gagnant de cette union avec la présidente du Libéria.

Mais un élément de réponse est à trouver dans une de ses déclarations. Prince Johnson a parlé de choisir entre six ans pour Ellen Johnson Sirleaf et peut-être la perspective de douze ans pour Winston Tubman qui aurait la possibilité de faire deux mandats. Entre les deux, Prince Johnson a clairement dit qu'il préférait une alliance de seulement six ans. Comme s'il pensait déjà à sa propre candidature, dans six ans, lors de la prochaine présidentielle.

Auteur : Jean-Michel Bos

Edition : Elisabeth Cadot

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !