Pressions diplomatiques autour de la Syrie | International | DW | 29.02.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Pressions diplomatiques autour de la Syrie

Le régime de Bachar al Assad poursuit sa répression : le pilonnage de plusieurs quartiers de Homs a repris. Pendant ce temps les efforts diplomatiques de la communauté internationale se multiplient

default

Les chars de l'armée syrienne ont bombardé un accès secret à la ville

Après onze mois de répression l'ONU recense quelque 7500 morts en Syrie, mais le chiffre est vraisemblablement beaucoup plus élevé. Depuis fin janvier les Nations unies ne donnent d'ailleurs plus de bilan officiel faute de pouvoir recueillir des informations fiables sur le terrain. Devant la poursuite du carnage, le Conseil de Sécurité de l'ONU va être saisi d'un nouveau texte de résolution en faveur d'un cessez-le-feu humanitaire en Syrie. Rappelons que jusqu'à présent la Chine et la Russie ont bloqué toutes les tentatives des Occidentaux et des pays arabes pour faire condamner la répression. Peut-être, espérent les diplomates, Moscou assouplira-t-il ses positions une fois les élections du 4 mars passées...

UN-Menschenrechtsrat Genf Debatte Menschenrechte und humanitäre Situation Syrien Februar 2012

Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU convoqué en séance d'urgence sur le dossier syrien

Résolution humanitaire

Devant l'aggravation de la situation, le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a été convoqué en urgence à la demande de la Turquie, du Qatar, du Koweit et de l'Arabie saoudite avec les soutien des pays occidentaux. Cette institution n'a pas de force contraignante mais un grand poids moral. La résolution en débat condamne "l'usage de l'artillerie lourde et de chars contre des quartiers résidentiels". La chef de la diplomatie américaine Hillary Clinton estime d'ailleurs que le président Bachar al Assad pourrait être traité comme un criminel de guerre : « D'après la définition d'un criminel de guerre et d'un auteur de crime contre l'humanité il y a assez d'arguments pour qu'Assad entre dans cette catégorie »

Le vote doit intervenir jeudi. La Chine a déjà fait savoir, qu'elle était favorable à l'envoi d'aide humanitaire en Syrie. Et Moscou a également promis d'aider à la mise en place de corridors humanitaires pour la Croix Rouge. Mais en coulisse une autre solution se dessine : permettre à Bachar al Assad un exil sans poursuite judiciaires en échange de son départ de Damas. La Tunisie a déjà fait savoir qu'elle accepterait de l'accueillir...En attendant la Ligue arabe veut organiser le 4 mars prochain une conférence internationale sur la coordination de l'aide humanitaire en Syrie.

Auteur : Elisabeth Cadot (afp)
Edition: Marie-Ange Pioerron

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !