1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Présidentielle gabonaise: les candidatures

La Commission électorale nationale autonome permanente, CENAP a reçu onze dossiers de candidature, pour le scrutin du 27 août.

Le Gabon a fait un pas de plus vers la présidentielle, hier mardi 12 juillet, avec la clotûre du dépôt des dossiers de candidature pour le scrutin présidentiel du 27 août prochain. Au tour maintenant de la Commission électorale nationale autonome et permanente, la CENAP d'examiner les onze dossiers rendus dans les temps.

Les 628 124 électeurs inscrits auront à choisir entre les habitués des devants de la scène politique gabonaise - pour la plupart, des anciens collaborateurs d’Omar Bongo - notamment Jean Ping, Guy Nzouba Ndama ou encore Casimir Oyé Mba, et des candidats moins connus, comme Dieudonné Minlama, un ingénieur agronome ou encore Léon Paul Ngoulakia, le frère du Président Ali Bongo.

Gipfel Afrikanische Union Addis Abeba

L'opposant Jean Ping a déposé sa candidature samedi 9 juillet

La liste des candidatures retenues par la Commission nationale autonome et permanente devrait être connue la semaine prochaine au plus-tard, la campagne doit elle débuter le 13 août prochain, pour s’achever le 26 août à minuit, la veille du scrutin.

Les débats autour de la nationalité d’Ali Bongo, toujours omniprésents

Si pour tous les prétendants au fauteuil présidentiel, l’objectif premier est de prendre le pouvoir, certains focalisent encore le débat sur la nationalité du Président Ali Bongo, mettant en doute son éligibilité, en tant que fils adoptif d’Omar Bongo, une affirmation basée sur l’article 10 de la constitution gabonaise. Mais Ali Bongo, candidat à sa propre succession, ignore les critiques.

Libreville Zentrum

À Libreville, le compte à rebours est lancé

Le front social, agité

À un peu plus de six semaines de l’élection, l’opposition s’organise, et le front social n'est pas moins agité : mardi 12 juillet, des syndicalistes ont manifesté pour plus de liberté … de manifestation. Ils se sont rassemblés devant le palais de justice de la capitale gabonaise, avec à leurs côtés, des magistrats inquiets, eux, des menaces pesant sur l’indépendance de la justice. Au total, une dizaine de personnes réunies pour des déclarations, qui ont notamment réclamé la libération des 26 manifestants arrêtés samedi dernier, 9 juillet, en marge d’un meeting du Président sortant Ali Bongo, après des échauffourées avec les forces de l'ordre - manifestants opposés à Ali Bongo, qui ont défilé aux cris de "Ali, dégage!".

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !