1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Pour se faire naturaliser Allemand...

Payer 255 euros, avoir vécu 8 ans en Allemagne, ne pas avoir de casier judiciaire, subvenir soi-même à ses besoins, connaître la Constitution, parler l'allemand et répondre au nouveau test de naturalisation.

default

« Quelle est la date de création de la République fédérale d'Allemagne, quel est l'âge de la majorité en Allemagne, quel est le rôle de l'opposition au Parlement allemand ? ». Ceci n'est qu'un échantillon des 33 questions qui figureront dans le nouveau test allemand de naturalisation. Des questions qui portent sur la politique, sur l'histoire ou sur la société.

Le nouveau test entrera en vigueur le 1er septembre prochain, dans toute l'Allemagne et coûtera 25 euros. Tout étranger aspirant à obtenir la nationalité allemande devra s'y soustraire. Un tel questionnaire existe déjà dans de nombreux pays d'immigration. En Allemagne, il crée cependant la polémique, notamment à cause de la difficulté des questions... au point que certains se demandent si les Allemands eux-mêmes sauraient y répondre.

A la question : que voulait exprimer Willy Brandt en 1970 lorsqu'il s'est agenouillé devant le ghetto de Varsovie, les candidats ont le choix entre : il s'est soumis aux Alliés, il a voulu demander pardon aux Polonais et aux juifs polonais, il a montré son humilité face au pacte de Varsovie ou il a fait une prière devant la tombe d'un soldat inconnu. Commentaire de Hans-Christian Ströbele, vice-président du groupe parlementaire de l'Alliance 90/les Verts :

« Je ne pense pas qu'il y ait beaucoup de citoyens qui puissent répondre spontanément à la question de la signification profonde de l'agenouillement de Willy Brandt à Varsovie »


Le ministère de l'Intérieur va publier un catalogue de 310 questions, à partir desquelles des formulaires qui en comprendront 33 seront établis. Les candidats auront le choix entre 4 réponses ; une seule sera correcte. Des cours préparatoires à l'université seront proposés pour aider les prétendants à la naturalisation à se préparer. Kenan Kolat, président de la communauté turque en Allemagne juge cependant l'idée problématique :

« Qu'est ce qu'on cherche au fond ? Se préparer au test, apprendre toutes les réponses par cœur et les oublier le jour suivant ? Cela ne sert à rien »


Les candidats pourront repasser le test autant de fois qu'ils le souhaitent. Reste à savoir s'ils auront envie de le passer tout court.