1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Portugais et Espagnols disent « non » à l'austérité

A Madrid comme à Lisbonne, des milliers de personnes sont descendues dans les rues samedi pour protester contre les mesures d'austérité de leurs gouvernements respectifs.

Madrid Demonstration

Madrid Demonstration

Die Welt publie en première page une photo qui montre une foule de manifestants en Espagne. Nombre d'entre eux brandissent la même pancarte, sur laquelle est inscrite un seul mot : « No ». Les Espagnols ont-ils atteint la limite du supportable ? se demande le journal. En tout cas, le message des manifestants est clair : non au plan d'austérité du Premier ministre Mariano Rajoy.

Les manifestants espagnols ont réclamé la démission de Mariano Rajoy

Les manifestants espagnols ont réclamé la démission de Mariano Rajoy

Face aux velléités indépendantistes qui se font de plus en plus fortes ces derniers temps en Catalogne et au Pays Basque, le quotidien Neues Deutschland estime que l'intégrité territoriale même de l'Espagne est en jeu. Les mouvements séparatistes n'ont jamais été aussi puissants depuis la mort de Franco en 1975. Mais quand le Premier ministre Rajoy reproche aux séparatistes de vouloir « détruire l'Espagne », il passe à côté du vrai problème. Car ce qui détruit le pays, c'est une politique d'austérité qui, selon l'Unicef, a fait que plus de deux millions d'enfants sont sous-alimentés. L'Espagne, tout comme l'ensemble de l'Europe, a besoin d'une répartition plus équitable des richesses. Sinon, c'est la stabilité sociale qui est en jeu.

Les Portugais ont protesté en masse après l'annonce du budget 2013

Les Portugais ont protesté en masse après l'annonce du budget 2013

On ne pas ignorer le fait que la population de la péninsule ibérique est à bout de patience, écrit de son côté la Leipziger Volkszeitung. La frustration augmente et depuis longtemps déjà. Malgré la politique de rigueur, les Espagnols et les Portugais ne voient pas la situation s'améliorer, ils ne voient pas de lumière au bout du tunnel. Les gouvernements conservateurs des deux pays sont en chute libre dans les sondages et vont avoir de plus en plus de mal à mettre en œuvre leurs réformes. Un bien mauvais augure.

Tout comme en Grèce, le programme d'austérité a mené à une récession au Portugal, souligne la Frankfurter Rundschau. Et ce pays qui faisait figure de bon élève en Europe se transforme à présent en rebelle. Toutefois, les chances du Portugal de retrouver la santé économique sont meilleures que celles de la Grèce : le clientélisme et la corruption y sont plutôt limités. Et surtout, le pays a un secteur financier qui fonctionne. Contrairement à la Grèce, les impôts y sont prélevés. Mais au Portugal aussi, de nombreuses personnes doivent payer pour un désastre économique dont elles ne sont pas responsables. Et c'est cette frustration qui mène à la rébellion.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !