Portrait : Constance, rencontre entre histoire et lac | Allemagne | DW | 11.11.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Portrait : Constance, rencontre entre histoire et lac

Un lac magique et une histoire passionnante – un beau mélange. A Constance, on vit vraiment bien.

Les façades colorées de la vieille ville font oublier son passé mouvementé...

Les façades colorées de la vieille ville font oublier son passé mouvementé...

Une promenade à travers les rues moyenâgeuses de la vieille ville, un coup d’œil à la cathédrale gothique – le Dom – ou à l’imposant bâtiment du concile suffisent pour s’en rendre compte : Constance est une ville chargée d’histoire. Ici, l’empereur Constantin a défendu les frontières de l’Empire romain. Ici encore, on a élu le premier et seul pape sur le sol allemand. Ici enfin, le réformateur tchèque Jan Hus a été brûlé vif sur le bûcher. Depuis plusieurs siècles, ces trésors historiques sont néanmoins un vrai casse-tête pour les architectes de la ville : sous chaque nouvelle maison en construction, on retrouve des vestiges d’époques lointaines, qui doivent naturellement être pris en compte dans les plans d’urbanisme.

« Imperia » éveille la concupiscence

Le Carnaval de Constance aime à parodier scènes et personnages historiques.

Le Carnaval de Constance aime à parodier personnages et scènes historiques

Au port de Constance trône une énorme sculpture en pierre qui tourne sur elle-même. Quand on la regarde de l’autre rive du lac, elle semble s’intégrer parfaitement à la ville historique. De près, on se rend compte qu’elle représente une dame très légèrement vêtue et au décolleté plongeant : la prostituée « Imperia » est l’emblème de Constance. Bien qu’elle soit l’œuvre d’un sculpteur contemporain, elle rappelle également le Moyen-âge, lorsque des hommes riches et puissants – nobles comme membres du clergé – s’offraient les services de dames de petite vertu.

« Ho Narro ! »

Imperia tient deux hommes dans ses mains : le pape Martin V et l'empereur Sigismond.

Imperia tient deux hommes dans ses mains : le pape Martin V et l'empereur Sigismond

Les habitants de Constance le prennent avec humour. Il faut dire que la ville est un bastion du carnaval, plus connu sous le nom de « fastnet ». Pour ceux qui ne supportent pas l’humour badois en temps de carnaval, mieux vaut prévoir un séjour loin de Constance aux alentours de février. C’est avec beaucoup de bruit et au cri de ralliement « Ho Narro ! » que les joyeux lurons de Constance célèbrent le carnaval alémanique traditionnel, avec ses costumes faits mains et ses masques soigneusement peints.

Le lac et rien d'autre

A y réfléchir, le coin le plus beau de Constance n’a rien d’urbain. Bien au contraire : c’est le lac qui fait de Constance ce qu’elle est. La promenade du lac, les cafés du port de plaisance et les terrasses qui s’étendent sur la rive, tous ces endroits donnent à la petite ville de province son charme bien particulier. Ici, les couchers de soleil sont flamboyants, les baignades rafraîchissantes et la vue sur les Alpes magnifique.

La situation géographique exceptionnelle de Constance, au bord de la « mer souabe », attire en été une foule de touristes qui envahissent les plages et la promenade. Pour échapper à la horde de vacanciers, il suffit de passer du côté suisse du lac, bien moins fréquenté.

Juste après la frontière, Constance devient Kreuzlingen. Les deux villes empiètent quasiment l’une sur l’autre et les habitants profitent des avantages de chaque pays : les Allemands vont souvent faire le plein en Suisse où le carburant coûte généralement quelques centimes de moins. Mais le plus souvent, ce sont les Suisses qui viennent à Constance, pour faire leurs courses ou la fête. La ville allemande est non seulement la plus grande au bord du lac, mais aussi la plus vivante.

Auteur : Elena Singer
Edition : Naïma Guira

La rédaction vous recommande

Liens