1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Plus que 24h avant la fin de la COP21 à Paris

A Maurice, une île gravement menacée par le changement climatique. La COP21 a entamé sa toute dernière ligne droite à Paris.

Écouter l'audio 02:07

" Quelques Citoyens de l'île Maurice réagissent à la COP21"

Très peu impliqués dans la gouvernance climatique, les Mauriciens ont vite oublié les inondations qui avaient fait onze morts en quelques heures en mars 2003 dans la capitale, Port-Louis, et les graves sècheresses de ces dernières années.Leur petite ile de 1.860 km carrés se classe 7ème sur la liste des pays les plus exposés aux catastrophes naturelles et elle est très vulnérable à cause de sa situation géographique et des risques liés au changement climatique.

Voici quelques réactions de Mauriciens au micro de notre correspondant à Port Louis, Nasseem Ackbarally.

Saabir: "Je n’ai jamais entendu parler de COP, je ne comprends pas, c’est quoi ? Changement climatique? Non, plus, ce que je sais, c’est qu’il fait très chaud pendant l’été et très froid pendant l’hiver. Puis, les pluies arrivent hors-saison. Ca m’intrigue mais je pense que c’est normal et naturel."

Asha: "Non, je ne connais rien à la COP 21. Je n’en ai pas entendu parler. Les pluies, mais il faut qu’elles tombent. Il fait très chaud, oui, mais nous sommes habitués. Les gens doivent prendre leur responsabilité et ne pas sortir sous les pluies. Il faut prendre ses précautions."

B.Panray: "Notre environnement se dégrade de jour en jour à cause de l’être humain et une augmentation de la population. Nos rivières se trouvent dans un mauvais état, très dégradées. Les gens jettent leurs ordures dans les rivières. On abat les arbres, le mal-développement (je ne comprends pas trop le terme « mal-développement ») a atteint nos marécages. Nous avons détruit nos forêts pendant des années pour cultiver la canne à sucre. Négligence, indifférence, on regarde l’environnement comme-ci ce n’est pas notre problème. C’est une question d’éducation, il y a beaucoup d’égoïsme. Le Mauricien ne pense qu’à lui, pas aux autres. Il y a un laisser-aller à tous les niveaux.»

Babajee: "De jour en jour, les Mauriciens deviennent très matérialistes. Ils ne sont plus comme nos ainés qui prenaient soin des arbres, surtout fruitiers. De nos jours, on les abat pour faire de la place aux maisons en béton. On bouche les drains. On ne pense pas à l’avenir. On vit dans le présent."

Cliquez sur l'image pour écouter.

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !