1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Planifier les naissances pour sauver des vies

Un nouveau rapport de « Save the children » pointe l'importance de la planification des naissances. Près d'un million de bébés nés de mères adolescentes meurent chaque année avant leur premier anniversaire.

Selon le rapport publié par "Save the children", une fille sur 5 devient mère avant d’avoir 18 ans. Mais problème, le risque de mourir pendant la grossesse ou en couches est cinq fois plus élevé pour une fille âgée de moins de 15 ans que pour une femme d'une vingtaine d'années. Le docteur Solange Toussa, directrice exécutive de l’Association togolaise pour le bien-être familal (ATBEF), nous donne des précisions sur les risques liés à ces accouchements précoces :

« La maturité du bassin n'est pas encore totale, donc ces jeunes filles présentent des complications lors de ces accouchements, qui peuvent amener à la césarienne. Souvent, elles se rendent très tard à l'hôpital avec des complications, qui sont des déchirures... des ruptures utérines qui peuvent entraîner le décès de ces jeunes filles. »

En Ouganda, les femmes veulent avoir le choix

Si autant d'adolescentes ne survivent pas après ces accouchements précoces, les chances de survie des bébés mis au monde sont également faibles. Selon le rapport de "Save the children", près d'un million de bébés nés de mères adolescentes meurent chaque année avant leur premier anniversaire. Aussi, pour beaucoup, l’accent doit être mis sur le planning familial. Une planification qui fait défaut dans certaines régions du monde en particulier, explique Conor O'Loughlin, responsable médias à "Save the children" :

Ultraschall Untersuchung Schwangerschaft Bauch Frau Arzt

Dans les pays occidentaux, les mères adolescentes peuvent compter sur des systèmes de santé plus solides

« En termes de manque d’accès au planning familial - c’est le sujet principal de ce rapport - si l’on regarde seulement les chiffres, ce sont des pays comme l’Inde ou le Pakistan où les besoins sont les plus grands, mais c’est parce que la population y est si importante. Ce que l’on constate en Afrique, c’est que le besoin relatif, par habitant, est plus grand dans des pays comme l’Ouganda, par exemple. 41% des femmes en Ouganda disent qu’elles voudraient un accès aux services et aux informations du planning familial, mais elles n’en ont pas. Le problème est également sérieux en Afrique de l’Ouest. Au Sénégal, en Mauritanie et au Mali, une femme sur trois voudrait pouvoir retarder sa prochaine grossesse, mais n’a pas accès à ce genre de service. »

Faciliter l’accès aux méthodes contraceptives et aux services de planning familial pour les filles et les femmes est donc une nécessité. Au cours d'une conférence sur le planning familial, qui se tient à Londres le 11 juillet, "Save the children" entend mettre la pression sur les dirigeants pour plus d’engagement et d’actions.

En bonus : écoutez ci-dessous l'interview du docteur Solange Toussa, directrice éxecutive de l'Association togolaise pour le bien-être familial.

Écouter l'audio 02:04

"En Occident comme en Afrique, la planification familiale est la seule stratégie qui permette d'éviter la grossesse précoce" (docteur Solange Toussa)

Réécoutez le magazine santé sur la planification familiale

Nos derniers articles sur le sujet

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !