1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

PISA: le système scolaire allemand sur la sellette

Le rapport de L´OCDE intitulé « Apprendre aujourd’hui, réussir demain. Premiers résultats de PISA 2003 » et présenté ce soir à Berlin, expose les données issues de la dernière série de test d’évaluation des acquis de 250 000 élèves de quinze ans. Parmi les quarante pays participants, l’Allemagne se maintien certes au milieu du tableau mais se doit de remettre en cause son système scolaire. La presse de ce matin est unanime : l’inégalité des chances selon l’origines sociale est le principal défaut de l’enseignement allemand.

Salle de classe au Lycée. L'élite du système scolaire allemand

Salle de classe au Lycée. L'élite du système scolaire allemand

« Les élèves allemands ne sont ni meilleurs ni pires ». Ainsi titre la Frankfurter Allgemeine Zeitung qui constate que par rapport à la précédente évaluation il n’y a pas lieu de s’inquiéter : en mathématique et en science naturelle les résultats sont en hausse. Et il puis faut cesser d’attribuer les lacunes des élèves à la qualité des enseignants ou du système continue le journal : concernant par exemple l’allemand pour les jeunes étrangers, les difficultés tiennent plutôt au manque d’engagement des intéressés qui vivent à l’écart de la société. Quant aux d’élèves incapables de lire et de compter correctement à l’issue de leur courte scolarité, leur nombre est encore trop important. Mais le test a eut lieu avant la réforme de l’automne 2003; par conséquent qu’il ait avéré le lien entre le milieu familiale et le succès scolaire, n’est pas une surprise.

Autre son de cloche dans la Tageszeitung de Berlin qui distribue des notes aux ministres de l’éducation. Pour le soutien social et l’égalité des chances : zéro pointé ; pour l’aide aux élèves à risque et aux enfants d’immigrés : zéro également. Mathématiques : huit sur vingt. Lecture et explication de texte : 5 sur vingt. Depuis trois décennies, de solides études scientifiques étayent la thèse de la détermination du profil scolaire par la provenance sociale. Dans aucun pays le rééquilibrage se fait plus mal qu’en Allemagne, affirme le quotidien. Et selon lui, cela tient aussi à la bataille de compétence que se livrent au sujet de l’éducation le gouvernement et les états fédéraux.

Il est temps de chambouler le débat sur l’enseignement, conseille de son coté la Frankfurter Rundschau. La société allemande, ne serait-ce que pour des raisons économiques, ne peut se permettre de continuer à s’écarteler. La politique de l’éducation, seule, n’est pas en mesure de stopper cette évolution néfaste. Mais elle pourrait être l’aiguillage amorçant un demi-tour. Il suffit de vouloir une politique scolaire intégrant les plus faibles.

Pour la Süddeutsche Zeitung, l’état navrant du paysage de l’enseignement est à mettre au compte du système. L’orientation après seulement quatre ans de cursus commun, vers une des trois formes d’établissement scolaire fortement hiérarchisées, est la source de tous les maux. La « gesamtschule » qui regroupe toutes les formes en une avec des cours toute la journée, ne peut être généralisée - d’autant que beaucoup de parents ne l’accepte pas. La solution pour le journal : Six ans de cours préparatoires menant vers un modèle à deux voies. Certaines régions s’y sont déja mises par manque d’élèves. Aux autres de suivre.

  • Date 06.12.2004
  • Auteur Yann Durand
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C9fe
  • Date 06.12.2004
  • Auteur Yann Durand
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C9fe
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !