1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Piraterie dans le Golfe de Guinée, le Bénin en état d'alerte

Une sécurité apparente s’observe au large du Golfe de Guinée après les actes de piraterie. Mais certains pays restent vigilents. Le Bénin par exemple a lancé l'opération "Kondo 2-17".

Les agents des unités navales reçoivent l’ordre de donner l’assaut à des pirates ayant détourné un pétrolier libérien dénommé "King Kpayo". Les informations du mouvement du navire piraté vers les eaux béninoises ont été livrées par un pays voisin explique le Lieutenant de Vaisseau Claude Soglo " c’est un bateau qui a été détourné dans la zone du Golfe de Guinée, et donc nous allons envoyer du personnel armé pour aller jusqu’à bord contre le gré des occupants de ce navire piraté. Il y a 5000 tonnes de carburant, et donc on va l’obliger à nous remettre ce bateau via les procédures maritimes. A bord, on va profiter pour faire de la fouille : Est-ce qu’il y a du trafic d’être humain, trafic de drogue, trafic de produits illicites et tout ça":

Cette opération, qui est au fait un scénario montée, est exécutée dans les conditions de la réalité pour démontrer que la lutte contre la piraterie doit être prise au sérieux.

Pour une meilleure coordination au niveau sous régionale

Les pirates du Golfe de Guinée, même s’ils opèrent également  des prises d’otages et des vols à mains armées, leur but principal est bien connu. Selon le capitaine de Vaisseau Fernand Maxime Ahoyo, Préfet Maritime du bénin "c’est le vol de carburant qui est ensuite revendu et remis dans le circuit formel. Donc c’est des cargaisons de carburant qui sont volées, c’est des bateaux qui sont attaqués ; et la marchandise est volée et transbordée dans un autre bateau, et puis voilà. C’est comme ça que cela se manifeste, c’est pour cela que nous l’appelons ‘Pétro-piraterie".

Le Bénin, n’est pas le seul pays menacé par l’insécurité maritime, mais pourquoi n’avoir pas associé les voisins à cette opération? Pour Fernand Maxime Ahoyo " la coordination n’a de succès que lorsque les pays, individuellement entraînent leurs équipages et leurs personnels. Aujourd’hui, c’est un exercice au niveau des forces navales, donc au niveau national que nous sommes entrain de faire, parce que si cet exercice ne se fait pas, si le personnel n’est pas suffisamment entraîné, la coordination au niveau sous régionale est souvent difficile."
Qui veut la paix prépare la guerre ; en dehors des initiatives individuelles, les pays doivent conjointement faire la veille pour bouter définitivement la piraterie hors du Golfe de Guinée.
         
 

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !