1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Pierre Nkurunziza sort renforcé du dernier sommet de l’EAC

L'ancien président tanzanien, Benjamin Mkapa a été nommé pour relancer le dialogue interburundais. Sera-t-il l'homme de la situation? Benjamin Mkapa part avec un avantage : il connaît bien le Burundi.

Écouter l'audio 03:03

« Libérat Mfumukeko pourra ainsi empêcher les manœuvres tendant à nuire aux intérêts de notre pays » (Jean-Claude Karerwa Ndenzako, porte-parole adjoint du président Pierre Nkurunziza)

En 2000, il avait secondé l'ancien président sud-africain, Nelson Mandela, lors des négociations qui ont abouti à la signature des Accords de paix d'Arusha. Des atouts qui lui permettront de réconcilier les frères ennemis burundais, selon Christian Thibon, spécialiste de l'Afrique des Grands Lacs.

Par ailleurs, le Burundi, n'a pas réussi à prendre la présidence tournante de l'EAC, mais a tout de même obtenu le secrétariat général, attribué à Libérat Mfumukeko. Ancien directeur général de la Régideso au Burundi, il occupait jusqu'à présent le poste de secrétaire général adjoint de l'organisation sous régionale est-africaine. Peut-on y voir une victoire diplomatique de Pierre Nkurunziza ? Vraisemblablement, puisque le chef de l'Etat burundais est soumis par ailleurs à de nombreuses pressions. Mais le professeur Christian Thibon pense que la donne risque de ne pas changer car la communauté régionale n'a pas réussi à infléchir les positions du président Pierre Nkurunziza, ni à résorber la crise que traverse le Burundi.

Ecoutez l'analyse d'Eric Topona faite dans notre édition de 17 h TU.

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !