Peut mieux faire... | Vu d′Allemagne | DW | 24.06.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Peut mieux faire...

L'autorisation de la notation des professeurs par leurs élèves sur Internet par la Cour Suprême et la mort de trois soldats allemands en Afghanistan occupent les journaux allemands d'aujourd'hui.

default

Trois soldats allemands de plus tués en Afghanistan. Combien de temps encore le drapeau allemand flottera-t-il sur l'Hindukusch ?

Jusqu'à présent, pour les Allemands, cette guerre en Afghanistan se déroulait à la télévision, note die Welt, entre les cours de la Bourse et le conflit du Proche-Orient. Désormais, la réalité est toute proche. Cela vaut-il la peine de risquer la vie de ses propres enfants ? La sécurité de l'Allemagne doit-elle vraiment être défendue en Afghanistan ? L'objectif pourtant était simple : renforcer l'armée afghane pour qu'elle puisse rapidement lutter elle-même contre le terrorisme. Le jeu en vaut-il alors vraiment la chandelle ? s'interroge le quotidien qui revient en première page également sur le jugement d'hier de la Cour Constitutionnelle sur la notation des professeurs par les élèves sur Internet.

Fuchs Spürpanzer Afghanistan

C'est à bord d'un tel véhicule de patrouille blindé que les soldats allemands ont trouvé la mort hier.

Ce qui fait dire à la Frankfurter Allgemeine Zeitung : qui pourrait être contre une évaluation dans des catégories comme « cool et amusant », « sexy » ou même « compétent » ? Ces jugements, tout le monde doit être en mesure de les supporter, a fortiori les enseignants qui distribuent eux-mêmes des notes. Le problème est que ces notes sont accessibles à tous les internautes, que leurs auteurs bénéficient de l'anonymat alors que les notés, eux, sont mis au pilori numérique mondial. Le motif du jugement favorable de la cour de Karlsruhe ? La liberté d'opinion, un bien démocratique qu'on ne saurait trop protéger.

BGH prüft Lehrerklage gegen spickmich - Bewertung

Les créateurs du portail «Spickmich», un mot-valise formé à partir de «Spickzettel», qui veut dire «antisèche», et l'expression «Pick mich» qui veut dire «pique-moi».

Un constat partagé par la Frankfurter Rundschau : les profs doivent accepter d'être notés, au même titre que le sont les médecins, les juges ou les journalistes. Ecolier, patient, accusé ou lecteur, aucun n'a besoin de justifier de compétences particulières pour évaluer. Les élèves, en leur fonction de - jeunes - citoyens de notre démocratie peuvent donc exprimer leur opinion, même de façon anonyme sur Internet. Dans le meilleur des cas, les mauvaises notes peuvent renverser une tendance, lorsque les « cancres » font des efforts pour s'améliorer. Apparemment, c'est ce qu'a fait l'enseignante incriminée. Ayant démarré en 2007 avec une mention « passable », elle obtient aujourd'hui la moyenne haut la main.

Lehrer und Schüler im Klassenzimmer

Les juges de Karlsruhe rééquilibrent le jeu du pouvoir entre enseignants et enseignés...

Noter enseignants, médecins, journalistes ou mécaniciens sur Internet, pourquoi pas, juge de son côté la Süddeutsche Zeitung. Mais lorsque la liberté d'expression dépasse les bornes, le droit de la personne lésée à obtenir réparation doit aussi pouvoir s'appliquer. Soit l'anonymat des noteurs peut être levé, soit le responsable du site incriminé doit en assumer toutes les conséquences. Si l'Internet est un espace de liberté, celle-ci n'est rien sans la responsabilité.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !