1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Peu d'espoir de retour pour les réfugiés congolais

Des milliers de Congolais sont toujours réfugiés au Rwanda. Parmi eux, des rwandophones venus de l'est de la RDC. Notre correspondante est allée à leur rencontre au camp de Gihembe. Le moral est au plus bas.

Une femme congolaise et son enfant au camp de réfugiés de Nkamira, au Rwanda (Photo : Siegfried Modola/AP/dapd)

Une femme congolaise et son enfant au camp de réfugiés de Nkamira, au Rwanda

Les réfugiés congolais du camp de Gihembe, dans le nord du Rwanda, perdent peu à peu l’espoir de rentrer chez eux après la récente division au sein du M23. À l'image de cette femme :

« L’espoir d'un retour s'évanouit peu à peu. Comment peut-on espérer rentrer avec ce climat de guerre qui perdure des années et des années ? »

« À 80%, on a plus espoir qu’on rentrera un jour, confirme un autre réfugié. Même ceux qui étaient restés au pays sont actuellement en train de fuir. Notre espoir baisse de jour à jour. »

Déçus par les divisions au sein du M23

La plupart d’entre eux espéraient pourtant que le M23 les ferait rentrer chez eux car, selon eux, il plaidait pour les droits des Congolais rwandophones.

Jean-Marie Runiga, en novembre 2012 (Photo : Reuters / James Akena)

Fin février, le mouvement rebelle M23 a destitué son chef politique, Jean-Marie Runiga

Kanamugire est un réfugié de Gihembe. Il vient de passer plus de dix ans dans ce camp : « Ces gens du M23 qui disent qu’ils luttent pour nos droits sont aussi en train de s’entretuer. Il y en qui veulent qu’on rentre mais d’autres ne cherchent que leur intérêt personnel, et ceux-là ne veulent pas que la guerre prenne fin. Regarde, par exemple, les accords de Kampala étaient sur le point d’aboutir mais tout est perdu maintenant. Ils se sont divisés et certains d’entre eux commencent à pourchasser nos frères qui sont restés au Congo. Nous espérons qu’un jour Dieu vaincra ceux qui font la guerre pour satisfaire leurs désirs personnels. »

Emprisonner les chefs

Ces réfugiés de Gihembe souhaitent que la paix revienne afin qu’ils rentrent chez eux. Pour cette femme la guerre n’est pas une solution :

« Il faut arrêter et mettre en prison tous les responsables de ces groupes armés. Ainsi, ceux qui sont derrière eux seront obligés de rendre les armes, sinon la guerre ne finira jamais chez nous. »

Actuellement, il y a plus de 25.000 réfugiés congolais au Rwanda et d’autres continuent à affluer.

Écouter l'audio 01:57

Écoutez le reportage de Solange Ayanone au camp de Gihembe

Archives

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !