Pays isolés et bovins pollueurs | Vu d′Allemagne | DW | 26.08.2008
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Pays isolés et bovins pollueurs

Les journaux allemands commentent ce mardi des sujets très divers, du Caucase à la viande bio, en passant par le traité de Lisbonne.

Russia map, highlighted, partial graphic

La Russie joue un jeu dangereux

Tout d'abord la Tageszeitung met en garde : l'Union européenne devrait prendre très au sérieux ce qui se passe dans le Caucase, car la Russie joue avec le feu dans cette région instable. En ce moment elle allume la mèche qui pourrait faire exploser son propre pays. Son intérêt stratégique devrait être la paix dans le Caucase, au nord comme au sud. Et pourtant ça ne semble pas la préoccuper. Il semble que ce n'est qu'une question de temps pour que cela se retourne contre elle, comme avec Tchétchènes. Cette politique que mène Moscou pourrait engendrer des conflits et mêmes des guerres à répétition. Bruxelles ne peut que prévenir cette soif de pouvoir sur ses anciennes sphères d'influence, s'il agit fermement. Ainsi l'UE devrait avoir recours à la prophylaxie, c'est-à-dire qu'elle doit proposer une étroite coopération aux états voisins de la Russie. Si l'Union se positionnait clairement vis-à-vis du Kremlin, elle lui éviterait peut-être de s'automutiler.


Ein Vampir frisst Georgien auf - zu sehen auf einem Plakat in Tiflis (Aufnahme vom 25.08.2008). Der Hass der Georgier auf die russischen «Aggressoren» hat kaum noch Grenzen. Vergleiche mit Hitlerdeutschland sind angesichts der andauernden russischen Truppenpräsenz in Georgien beliebte Motive auf Plakaten in der Hauptstadt Tiflis. Foto: Ulf Mauder (zu dpa-Korr. Adolf Putin - Nazisymbole und Gerüchte um Wowas Kindheitstrauma vom 26.08.2008) +++(c) dpa - Bildfunk+++

En Géorgie, la haine envers la Russie grandit, certains vont même jusqu'à la comparer à l'Allemagne nazie

A long terme, la Russie ne peut que perdre, prévient la Süddeutsche Zeitung. La télévision d'Etat se plait à dédaigner les menaces internationales. Mais une Russie isolée ne pourra prospérer ni politiquement, ni économiquement. D'autre part, la reconnaissance des provinces rebelles démontrerait à d'autres peuples de la région qui se sont péniblement pacifiés, que le séparatisme vaut quand-même la peine. Personne ne sait jusqu'où ira vraiment Moscou pour l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud. La reconnaissance serait une mauvaise chose.


Nach den Gewitter-und Regenschauern der letzten Tage grasen diese Rinder am Dienstag, 29. Juli 2003, vor der barocken Dorfkirche von Etting im oberbayerischen Landkreis Weilheim-Schongau wieder im satten Gruen der Voralpenlandschaft. Durch die lang anhaltende Trockenheit der letzten Monate war die Futtersituation der Landwirte im Gruenlandguertel schon kritisch geworden. (AP Photo/Diether Endlicher)

Dublin pris dans les rouages de l'UE ?

Direction l'Irlande à présent, qui a annoncé hier qu'elle n'excluait pas un second referendum sur le traité de Lisbonne. A Bruxelles, explique la Frankurter Allegemeine Zeitung, il y a une formule qui dit : si un grand pays vote contre un traité européen, alors l'UE a un problème. Si un petit pays le rejette, alors c'est lui qui a un problème. Il en est ainsi avec l'Irlande. De nouvelles négociations sur le traité ne sont pas imaginables, car elles feraient définitivement avorter le projet de réforme global. Le processus de ratification est de surcroît achevé dans nombre de pays et très avancé dans les autres. Dublin est donc de plus en plus isolé. D'où ce projet de second vote. Ce qui n'est pas une bonne solution, selon la FAZ, car c'est mépriser la volonté du peuple. Et ce n'est pas non plus une solution sûre, car rien ne dit que les Irlandais changeront d'avis à cause de petites concessions qu'on veut leur faire faire.


Nach den Gewitter-und Regenschauern der letzten Tage grasen diese Rinder am Dienstag, 29. Juli 2003, vor der barocken Dorfkirche von Etting im oberbayerischen Landkreis Weilheim-Schongau wieder im satten Gruen der Voralpenlandschaft. Durch die lang anhaltende Trockenheit der letzten Monate war die Futtersituation der Landwirte im Gruenlandguertel schon kritisch geworden. (AP Photo/Diether Endlicher)

En 2006 un rapport de l'Organisation mondiale pour l'agriculture et l'alimentation (FAO) affirmait que l'élevage de bovins produit davantage de gaz à effet de serre que le trafic routier

Dans un tout autre registre enfin, die Welt nous apprend que la viande est polluante, même quand elle est bio. Ce fait n'est pas encore répandu, car la défense de l'environnement se concentre sur l'industrie, les transports et l'énergie. Il est donc bienvenu que Foodwatch attire notre attention. Le fait cependant que le rapport mette en premier plan les gaz à effet de serre que produisent les bovins est dû à l'air du temps, selon lequel on considère le réchauffement climatique comme plus important que les autres problèmes environnementaux.

  • Date 26.08.2008
  • Auteur Anne-Julie Martin
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/F58g
  • Date 26.08.2008
  • Auteur Anne-Julie Martin
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/F58g
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !