1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Pas d'unanimité sur le procès Gbagbo à la CPI

Au lendemain de la décision de la CPI de confirmer quatre charges de crimes contre l'humanité à l'encontre de Laurent Gbagbo, l'ancien président ivoirien, les réactions sont variées, sur place, en Côte d'Ivoire.

Arrêté en avril 2011 par les forces pro-Ouattara appuyées par la France et l'ONU, Laurent Gbagbo a été transféré à La Haye en novembre 2011.

Arrêté en avril 2011 par les forces pro-Ouattara appuyées par la France et l'ONU, Laurent Gbagbo a été transféré à La Haye en novembre 2011.

La Cour pénale internationale va donc juger l'ex-président ivoirien pour crimes contre l'humanité commis durant la crise post-électorale de 2010-2011. Plus de 3.000 personnes auraient été tuées en cinq mois de violences.

Que la vérité éclate…

Même si son avocat assure que Laurent Gbagbo souhaitait un procès pour que la lumière soit faite sur ce qui lui est reproché, l'annonce de la CPI a tout de même un goût amer pour les membres du camp de l'ancien président qui espéraient une libération. Eric Anné responsable de la communication du Front populaire ivoirien FPI, estime que les charges retenues contre le leader du parti ne sont pas avérées « Mais il faut faire avec la volonté de la communauté internationale qui veut l'éloigner de la scène politique. Nous irons cependant jusqu'au bout… »

Alors que le processus de réconciliation peine à se mettre en place en Côte d'Ivoire, côté gouvernement on espère tout de même que ce procès participe à l'éclatement de la vérité comme l'explique, Affousiata Bamba-Lamine, la ministre ivoirienne de la Communication : « Ce procès va permettre de situer les responsabilités et de déterminer quelles sont les culpabilités. Le président de la République a toujours dit clairement que la réconciliation était une chose et que l'impunité en était une autre. Il faut réconcilier les Ivoiriens c'est vrai. Mais la réconciliation passe aussi par la justice. »

La décision de la CPI de juger Laurent Gbagbo met fin à plus d'un an de procédures préliminaires

La décision de la CPI de juger Laurent Gbagbo met fin à plus d'un an de procédures préliminaires

Une justice équitable

La société civile, elle, souhaite que ce procès permette de rendre justice aux victimes des violences post-électorales de 2010-2011. Elle estime toutefois que la CPI doit faire la part des choses. Pour Me Doumbia Yacouba, président du conseil d'administration du Mouvement ivoirien des droits de l'homme, « si la Cour pénale veut que son action ait un impact réel dans le processus de réconciliation et de consolidation de l'Etat de droit, il nous parait indiqué qu'elle s'intéresse aussi au camp de monsieur Ouattara, dont certaines personnalités sont indexées par divers rapports. Qu'elle fasse justice dans tous les camps. »

Il faut rappeler que dans le camp de l'actuel président Ouattara, des ex-chefs de guerre sont en effet également accusés de graves crimes. Jusqu'à présent, ils n'ont cependant pas été inquiétés.

Écouter l'audio 01:33

La route vers un procès sera encore longue. Explications avec Carole Assignon

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !