1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Pétition pour la reconnaissance du génocide herero

Les Hereros et les Namas réclament à l'Allemagne qu'elle reconnaisse leur génocide et présente des excuses. Les descendants des victimes, appuyés par une pétition, réclament aussi des dédommagements. En vain.

Il y a cent ans jour pour jour prenait fin l'ère coloniale allemande dans ce qui est aujourd'hui la Namibie. L'occasion de revenir sur un chapître historique qui n'est toujours pas clos entre les deux pays: le massacre des peuples herero, san, damara et nama, par des troupes coloniales allemandes.

L'Allemagne ne reconnaît pas le terme de "génocide" pour ces tueries perpétrées dans l'actuelle Namibie, entre 1904 et 1908.

Les descendants des victimes réclament, eux, une reconnaissance du terme... et des dédommagements. Un groupe de représentants de six ONG allemandes et une députée namibienne ont tenté de faire parvenir une pétition au président allemand, Joachim Gauck, pour appuyer ces réclamations. Sans succès.

En 1904, les troupes allemandes se préparent à mater l'insurrection herero

En 1904, les troupes allemandes se préparent à mater l'insurrection herero

Déception à Berlin

Ida Hoffmann est députée en Namibie. Elle s'est déplacée jusqu'à Berlin pour remettre à Joachim Gauck les signatures récoltées par des ONG, pour la reconnaissance du génocide. Mais le président allemand ne les a pas reçus. Un refus en forme d'affront, pour Ida Hoffmann.

"Des citoyens allemands ont décidé de signer la pétition. Et nous leur en sommes reconnaissants. Nous sommes venus exprès... tout ça pour être déçus."

La députée et les ONG réclament avant tout des excuses officielles des autorités allemandes. Entre 1904 et 1908, des dizaines de milliers de personnes sont massacrées par les troupes coloniales allemandes dans la région du Waterberg, dans le nord de ce qui est encore appelé à l'époque – et jusqu'en 1918 – le Sud-ouest africain, l'actuelle Namibie. Sur ordre de l'empereur Guillaume II, les colons allemands assassinent 80% des Hereros et près de la moitié du peuple nama, qui avaient eu l'audace de se soulever contre la puissance coloniale.

La lutte continue pour la restitution des ossements

La lutte continue pour la restitution des ossements

"Rendez-vous les ossements!"

Les pétitionnaires ont quatre revendications principales, comme l'explique Christian Kopp, de Berlin Postcolonial.

"D'abord la reconnaissance du terme de génocide, ensuite des excuses au plus haut niveau de l'exécutif, du gouvernement, du président, de la chancellerie, et même du Parlement, troisièmement, le retour de tous les restes humains et enfin que le gouvernement entame des négociations directes avec les Hereros et les Nama."

Les restes humains évoqués par Christian Kopp sont des ossements et des crânes de victimes envoyés en Allemagne à des fins pseudo-scientifiques. Ils ont été examinés pour prouver la supposée supériorité de la race blanche, puis entreposés dans des musées ou vendus à des collectionneurs privés. Seule une partie de ces sinistres trophées a été rendue à la Namibie. Les descendants veulent qu'ils leur soient rendus en totalité et que l'Allemagne leur verse des réparations. Et si Berlin continue de faire la sourde oreille, ils comptent engager une action en justice.

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !