Pénurie de solidarité à la Ligue arabe ? | Afrique | DW | 12.08.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Pénurie de solidarité à la Ligue arabe ?

Membre de la Ligue depuis 1974, la Somalie entretient de bonnes relations avec les pays de l'organisation. Aujourd'hui, les Somaliens reprochent aux Etats arabes de ne pas assez les aider à faire face à la famine.

default

Ces femmes somaliennes viennent d'arriver au camp de Dadaab, au Kenya

2,6 milliards de dollars. Ce sont les fonds nécessaires pour venir en aide à la Corne de l'Afrique, d'après les estimations des Nations unies. Mais à ce jour, seulement la moitié de cette somme a été collectée. D'où les critiques des Somaliens en direction des pays arabes. Mohammed Omar Talha, ancien ministre des Affaires sociales somalien et actuel député au parlement :

« Qu'il s'agisse des Etats du Golfe membres du Conseil de coopération, ou d'autres Etats membres de la Ligue arabe, les pays arabes n'ont pas vraiment joué le rôle qu'on aurait aimé qu'ils jouent. Nous pensons que nos frères ont négligé leur fonction dans cette situation. Mais ce n'est pas nouveau. Ils ont également négligé leur rôle au niveau de la sécurité, lorsque l'Union africaine avait envoyé des troupes pour le rétablissement de la paix. Pas un seul soldat arabe n'était présent. »

Somalia Hungersnot Lager Flüchtlingslager Mogadischu Hilfsgüter

Un employé du Croissant rouge koweïtien occupé à décharger des sacs de riz à Mogadiscio

Une défaillance des systèmes d'alerte

Mais les pays arabes ne doivent pas être tenus pour seuls responsables de la situation. En effet, les organisations internationales y sont aussi pour quelque chose, de l'avis d'Abdel Aziz Ben Saker, politologue saoudien :

« Il y a deux choses à prendre en considération. D'une part, les organisations internationales qui sont responsables de la surveillance des pays et doivent détecter ce qui pourrait arriver. Or, aucune alerte précoce n'a été lancée. D'autre part, le gouvernement somalien doit être en mesure d'agir en fonction de ses capacités et possibilités, en cas de famine. »

Mais, le gouvernement somalien n'a pas le contrôle de l'ensemble du territoire. Par ailleurs, les milices islamistes shebabs sont accusées de bloquer l'acheminement des produits alimentaires.

L'Arabie saoudite a déjà fait un versement de 60 millions de dollars, le Koweït de 10 millions et les Emirats arabes unis de 2 millions. Or, pour garantir l'arrivée des fonds, il faudrait, selon Mohammed Omar Talha, une meilleure coordination entre les pays.

Les pays de l'OCDE montrés du doigt

Dans une étude intitulée "Mettre fin à la famine", l'organisation indépendante ONE dénonce le manque d'engagement des grandes puissances économiques pour répondre à la crise alimentaire. Ecoutez ci-dessous les explications de Friederike Röder, de ONE-France au micro de Katrin Herms.

Auteurs : Falah Elias, Myriam Cossec
Edition : Sandrine Blanchard

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !