1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Ouverture du procès d'un ancien nazi

C'est à Detmold, dans l'ouest de l'Allemagne, que s'ouvre le procès de cet ancien garde du camp de concentration et d'extermination d'Auschwitz Birkenau. A 94 ans, Reinhold Hanning comparait pour complicité de meurtres.

Les camps de concentration apparaissent en Allemagne dès les années 30. Des camps de travail forcé, destinés aux opposants au régime national-socialiste d'Adolf Hitler. Puis la dictature nazie développe un autre type de camp : le camp d'extermination. Karola Fings est historienne et vice-directrice du centre de documentation sur le national-socialisme à Cologne : "A la différence des camps de concentration, les camps d'extermination ont été construits dans le seul but de tuer. Principalement dans le cadre de ce qu'on appelle "la solution finale au problème Juif", c'est-à-dire l'extermination totale des Juifs d'Europe décidée en janvier 1942. Les camps d'extermination les plus connus sont ceux de Belzec, Chelmno, Sobibor, Treblinka, Majdanek et Auschwitz-Birkenau."

Une sélection brutale

On estime à 1,3 million le nombre de déportés vers le camps d'Auschwitz-Birkenau. Les prisonniers y étaient amenés par wagons entiers : "Ils étaient déchargés sur ce qu'on appelait la rampe, explique Karola Fings. Puis avait lieu la sélection : des médecins décidaient si les arrivants étaient tout de suite tués, ou bien si on exploitait leur force de travail avant. Puis ils étaient amenés dans des baraquements, où ils devaient se deshabiller. Ils étaient ensuite envoyés dans les chambres à gaz, où on tuait en une fois des centaines de personnes."

Ancien employé de la fabrique de la mort

Des camps surveillés par les unités dites "têtes de morts", des SS, la milice armée du nazisme. L'accusé Reinhold Hanning. en faisait partie. Karola Fings : "Il était pratiquement impossible de fuir de ces camps. A l'intérieur, le pouvoir des SS pouvait se déployer sans limites. Ils pouvaient à chaque instant, selon leur humeur, tuer des prisonniers. Et il ne leur arrivait rien."

Entre 1942 et la fin de la guerre en 1945, plus de 3 millions de personnes ont été assassinées dans ces camps d'exterminations : des Juifs, mais aussi des Tziganes, des Roms, des homosexuels et des handicapés.

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !