Ouverture à Amsterdam du procès de Geert Wilders | International | DW | 04.10.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Ouverture à Amsterdam du procès de Geert Wilders

Le procès contre le député néerlandais et chef de file du parti d'extrême droite PVV, Geert Wilders, a été suspendu après deux heures d'audience.

default

Geert Wilders (au centre)

Le PVV , le "Parti pour la liberté" c'est justement le parti qui a apporté son soutien à un futur gouvernement libéral -chrétien-démocrate. Son leader est maintenant poursuivi pour incitation à la haine raciale et discrimination envers les musulmans. C’est entre autres le film "Fitna", un film vidéo de 20 minutes qui a valu à Geert Wilders de comparaître devant la justice.

Dossier 11. September Dossierbilder Bild 3 Manhattan WTC

New York 11 Septembre 2001

Son film montre des images du 11 Septembre 2001 à New York, des attentats de Madrid et de Londres, ou encore du meurtre du réalisateur néerlandais Theo van Gogh. Tout cela garni de citations du Coran prononcées par des prédicateurs islamistes, et dont la traduction assure qu’ils appellent à la violence contre les non-musulmans. Le film de Geert Wilders finit par un appel, sur un ton grandiloquent:

" En 1945 le National- socialisme a été vaincu en Europe. En 1989, le communisme a été vaincu en Europe. Maintenant l’idéologie islamique doit être vaincue . "

L’une des principales déclarations publiques reprochées à cet islamophobe endurci a été citée par le procureur dans une séance préparatoire à ce procès:

"Le Coran, c’est le "Mein Kampf" d’ une religion qui vise à éliminer les autres et qui nomme les non musulmans des „chiens infidèles" ."

Ces dernières années Geert Wilders a régulièrement et publiquement qualifié l'islam de "fasciste" et réclamé l'interdiction du Coran. Son original Geert Wilders:

„Notre culture qui est fondée sur le christianisme, le judaisme et l’humanisme est meilleure que la culture islamique retardataire!"

Ce matin lors d’ une brève déclaration, le chef du parti PVV, "parti pour la liberté" s'est plaint devant les juges qu’on lui fait un procès politique. Geert Wilders a affirmé dire tout haut ce que pensent tout bas des millions de Néerlandais et il a déploré que la liberté d’expression aux Pays-Bas soit maintenant sacrifiée sur l’autel de l’ Islam. L’accusé qui a des racines indonésiennes et qui est teint en blond décoloré a affirmé se sentir injustement poursuivi:

"Les déclarations que j’ai faites, les comparaisons que j’ai établies, ne sont –elles pas vraies ? Si on dit quelque chose de vrai, on ne peut pas être poursuivi pour cela! "

Symbolbild Justitia Justizia

Une statue de "Justitia", la déesse symbole de la justice

Incitation à la haine raciale, injures et discrimination envers les musulmans et les étrangers non-occidentaux, autant de motifs graves qui justifient pourtant une procédure judiciaire selon la législation des Pays Bas. Après les brèves déclarations de Geert Wilders, son avocat a annoncé qu'ensuite son client ne prendrait plus la parole. Et après deux heures d'audience, l'avocat de Geert Wilders a demandé la récusation des juges, mettant en doute l'impartialité du tribunal et reprochant au président de la Cour ses commentaires à propos du droit au silence réclamé par le prévenu. L'audience a été alors suspendue.

Sept journées d'audience sont prévues pour ce procès qui suscite un large écho dans les médias néerlandais. Le verdict doit être annoncé le 4 novembre prochain.

Le député encourt un an de prison ou 7.600 euros d'amende.

Auteur: Andreas Reuter / Philippe Pognan
Editeur: Elisabeth Cadot

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !