OTAN : le bouclier en question à Lisbonne | International | DW | 18.11.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

OTAN : le bouclier en question à Lisbonne

Le sujet est source d'un lourd contentieux entre la Russie et l'OTAN. Il sera à l'ordre du jour vendredi et samedi au sommet de l'OTAN à Lisbonne : le bouclier antimissile voulu par l'Alliance pour protéger l'Europe.

default

Les deux parties se sont rencontrées la semaine dernière à Bruxelles pour préparer ce sommet de deux jours - sommet auquel le chef de l'Etat russe assiste pour la première fois depuis la guerre russo-géorgienne d'août 2008. Les représentants de la Russie et de l'OTAN ont eu « une conversation difficile », selon les propres mots de Dmitri Rogozine, le représentant de Moscou auprès de l'organisation. Et pourtant, Anders Fogh Rasmussen, le secrétaire général de l'Alliance atlantique, croit en l'avancée d'une nouvelle stratégie de défense :

Brüssel NATO Anders Fogh Rasmussen Belgien

Anders Fogh Rasmussen défend le bouclier antimissile

« Je souhaiterais qu'une décision sur le bouclier antimissile soit prise au cours du sommet. Ce serait un signe tangible sur notre prédisposition à améliorer nos capacités de défense, même si les temps sont à l'économie. »

Un bouclier indispensable, selon l'Alliance

Selon l'OTAN, le projet est indispensable pour protéger l'Europe notamment de la menace iranienne. Au grand soulagement de la Russie toutefois, le président américain Barack Obama a tiré un trait l'an passé sur une première version du bouclier qui avait été élaborée par l'équipe de George W. Bush, et qui prévoyait le déploiement de missiles de longue portée en Pologne, ainsi qu'un radar en République tchèque. La nouvelle version a recours à des missiles de plus courte portée. Il n'est pas question toutefois d'abandonner les têtes nucléaires, comme le souligne Robert Gates, le secrétaire américain à la Défense :

« Je n'ai pas entendu parler d'un lien entre le bouclier antimissile et le désarmement nucléaire. Certains experts soulignent même que tant qu'il y aura des armes atomiques dans le monde, il est important que l'Otan dispose elle aussi d'ogives nucléaires. »

Toujours est-il que la Russie a déjà menacé de dénoncer le traité Start II sur la réduction des arsenaux nucléaires, dans le cas où le dispositif prévu par l'OTAN menacerait ses propres intérêts.

Auteurs : Carine Debrabandère, Christoph Hasselbach, AFP
Edition : Marie-Ange Pioerron

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !