1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Culture

Orchestre de jeunes musiciens sud-africains invité au festival Beethoven

Depuis 10 jours, le festival Beethoven bat son plein à Bonn, la ville natale du compositeur. Un événement culturel international qui accueille jusqu’à la fin du mois des musiciens venus de toute l’Allemagne et du monde entier. Depuis cinq ans, le festival invite également un orchestre junior à participer à l’événement. Après la Chine, la Pologne, la Géorgie, la Turquie et le Venezuela, c’est cette année l’Afrique du sud qui a envoyé ses jeunes talents se produire en Allemagne.

default

Pour Ilona Schmiel, directrice du festival de Bonn, la musique de Beethoven est universelle, mais elle est ressentie et interprétée différemment dans chaque pays. C’est le cas en Afrique du Sud, dont sont originaires les jeunes musiciens, âgés de 14 à 20 ans, du South African National Youth Orchestra, ou SANYO, l’orchestre junior qui s’est produit en concert samedi soir à Bonn, et a notamment exécuté la célèbre cinquième symphonie de Ludwig von Beethoven. A cette occasion, la Deutsche Welle, qui est partenaire de l’initiative Orchestercampus, a organisé une discussion intitulée « Beethoven au Cap » et consacrée au rapport entre la culture – et plus particulièrement la musique classique - et la stabilité sociale en Afrique du Sud. Un débat auquel participait notamment Faan Malan, directeur de l’orchestre SANYO, qui s’engage pour l’apprentissage et la promotion de la musique classique en Afrique du Sud :

« Notre société est composée de beaucoup de cultures différentes et la musique classique est un moyen de mélanger tous ces gens. Vous connaissez tous l’histoire de notre pays. Nous utilisons la musique classique et des organisations comme SANYO pour jouer de rôle de réconciliation et pour toucher des gens de différentes cultures. »

Une opinion partagée par le chef d’orchestre sud-africain Conrad von Alphen, qui dirigeait le concert de samedi soir. Concert lors duquel était interprétées, en plus de la musique du compositeur allemand, des œuvres sud-africaines. Conrad von Alphen :

« A mon avis, la musique peut unir les gens plus qu’ils ne le croient. Nous sommes venus à ce festival pour jouer Beethoven, pas seulement, mais Beethoven fait partie de ces musiques qui rassemblent les gens, leur fait partager des émotions. Combiné avec la musique africaine que nous jouons dans ce programme, cela donne l’occasion d’un véritable échange culturel. Bien sûr, je sais que la musique ne peut pas être la solution à tous les énormes problèmes de ce monde de fous, mais elle peut certainement aider à rapprocher les gens. »

Et alors que le festival Beethoven se poursuit à Bonn, les membres de l’orchestre junior sud-africain, eux, joueront demain à la Philharmonie de Berlin.

  • Date 11.09.2006
  • Auteur Aude Gensbittel
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C78F
  • Date 11.09.2006
  • Auteur Aude Gensbittel
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C78F
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !