Opération de désarmement polémique au quartier PK 5 à Bangui | Afrique | DW | 13.04.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Opération de désarmement polémique au quartier PK 5 à Bangui

Après la nouvelle flambée de violences lors de l'opération de désarmement dans la quartier PK 5 à Bangui en Centrafrique, certains accusent le gouvernement de s'en prendre à la communauté musulmane.

En Centrafrique, cette semaine a été marquée par une nouvelle flambée de violences meurtrières. Elle intervient alors que la mission de l'ONU (Minusca) et les forces de sécurité centrafricaines mènent une opération de désarmement des milices armées du quartier PK5. 

"Des bandits ont pris la population en otage" dans le quartier musulman du PK5 de Bangui, a déclaré le président centrafricain Faustin-Archange Touadéra au lendemain d'affrontements entre une patrouille composée de Casques bleus et de soldats centrafricains, et des milices du quartier du PK5. Des affrontements qui ont fait au moins 19 morts et une centaine de blessés mardi.

La méthode critiquée

Une situation qui a poussé certains à voir dans l'initiative du gouvernement une opération dirigée contre la communauté musulmane majoritaire dans le quartier PK 5. "La population qui a demandé à être protégée devait l'être mais je crois que cela devrait être plus une action de police que militaire", estime le politologue centrafricain Philippe Bodo qui critique donc la méthode utilisée.

Pour la société civile centrafricaine, l'opération de désarmement pour déloger les miliciens du quartier PK 5 n'est pas une mauvaise initiative en soit. "C'est une opération à saluer, mais au niveau de la forme nous regrettons parce que il y a eu des pertes en vies humaines, des dégâts matériels. Il va falloir rectifier le tir", demande Paul-Cresant Beninga, le porte-parole du groupe de travail de la société civile.

Depuis 2013 qu'elle est embourbée dans un conflit meurtrier, la Centrafrique peine à retrouver la stabilité. Les groupes armés qui contrôlent une majeure partie du territoire combattent notamment pour le contrôle des ressources naturelles.