1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

« Offre de paix » du chef du réseau terroriste Al-Qaïda aux Européens

Oussama Ben Laden – le nom à lui seul suffit pour être catapulté à la première page des journaux. Cette fois, c’est une « offre de paix » (contre la promesse de ne pas agresser les musulmans) que le chef d’Al Qaïda a fait parvenir à « ses voisins au nord de la Méditerranée », cela par le canal habituel des chaînes arabes et dans un message authentifiée par la CIA. Les Européens ont répondu « non » en bloc. Commentaires des quotidiens allemands.

Oussama Ben Laden

Oussama Ben Laden

« Peut-on négocier avec le diable ? » demande Die Welt à Berlin sous le titre « Une voix venue de l’enfer ». Devinez la réponse. Comment croire à l’offre de paix d’un Ben Laden, renchérit la Heilbronner Stimme : autant faire confiance au chat qui promet de ne plus manger de souris.

Diable ou chat, Ben Laden ou pas, toute la presse allemande plaide bien sûr la non-négociation.
Mais au-delà de ce constat, elle essaye aussi de comprendre les motivations (et les effets possibles) de ce que le Weser Kurier appelle le « show Oussama ». Le spectacle en question, ajoute le journal de Brême, s’adresse non pas au public de Berlin, Paris, Londres ou Madrid mais à ceux du Caire, de Beyrouth, de Damas ou d’Islamabad – comme pour leur dire : regardez, ce sont les « infidèles » qui refusent la paix ! Voilà la vraie teneur du message pour notre confrère, un message aussi perfide et détonnant qu’une bombe à clous.

Et si, d’un autre côté, la prétention démesurée d’un Ben Laden qui veut se faire aussi puissant que ses puissants ennemis en leur proposant de négocier d’égal à égal, dissimulait, comme l’écrit le Nürnberger Zeitung , un aveu de faiblesse ! Le besoin d’une trêve par exemple, ou au moins d’une réduction des adversaires.

« Signe de faiblesse », le mot revient aussi dans le commentaire de la Norwest-Zeitung : l’hydre terroriste (qui voulait étreindre la planète entière) semble vouloir se recentrer sur un nombre réduit d’objectifs. Le danger est encore là, écrit le journal d’Oldenbourg, mais la lutte anti-terroriste porte ses premiers fruits.

Le Landeszeitung , à Lünebourg, n’est pas d’accord : le message du chef du réseau terroriste Al-Qaida est une tentative de chantage. Il s’agit de provoquer une fracture à la fois entre les Etats occidentaux et au sein même de ces Etats.

Surtout une fracture entre l’Europe et l’Amérique, renchérissent les Stuttgarter Nachrichten . C’est nouveau, estime notre confrère, mais cela ne décolle tout de même pas du niveau de la propagande grossière.

Pourquoi ? Parce que Ben Laden commet deux erreurs fondamentales, explique le Handelsblatt à Düsseldorf : d’une part en croyant qu’Al-Qaida peut être l’interlocuteur des gouvernements occidentaux – c’est absurde ! – et de l’autre parce que son offre freinera plus qu’elle ne favorisera le départ des soldats étrangers d’Irak : tout pays quittant la coalition (comme l’envisage l’Espagne) se verra en effet désormais reprocher de céder à la pression du terrorisme.

  • Date 16.04.2004
  • Auteur Yvon Arsenijevic
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C9iA
  • Date 16.04.2004
  • Auteur Yvon Arsenijevic
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C9iA
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !