Offensive en terrain miné | Vu d′Allemagne | DW | 16.02.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Offensive en terrain miné

Les journaux allemands commentent largement l'offensive Mushtarak lancée par l'Otan en Afghanistan et s'intéressent en particulier aux pertes civiles entraînées par cette offensive.

default

"Cette fois-ci, tout sera différent", c'est du moins ce qu'avait promis l'Otan, écrit la Süddeutsche Zeitung. Avant de lancer son offensive, l'Alliance atlantique avait, pendant des jours et des jours, averti la population. Et pourtant. A peine l'opération Mushtarak avait-elle commencé que les troupes alliés annonçaient la mort accidentelle de 12 civils afghans. Cette offensive lancée par l'Otan dans le sud du pays est rude, note le quotidien. Les soldats doivent se battre pour conquérir chaque rue. Les insurgés taliban sont difficiles à identifier car ils cohabitent avec les civils. Tout cela peut éventuellement servir d'arguments pour expliquer la mort d'innocents - mais pas d'excuse.

Karte Afghanistan mit Provinz Helmand UPDATE: mit der Stadt Mardscha Marjah Marjeh

La province du Helmand, bastion des taliban

Pour la Emder Zeitung, la mort de ces douze civils n'est qu'un exemple parmi tant d'autres qui montre qu'une guerre ne fonctionne jamais selon le schéma : les "bons" tirent et les "méchants" capitulent. Ce genre de théorie est invalidée par le seul fait que les bons et les méchants ne sont pas toujours clairement identifiables. Aucun des belligérants n'a sérieusement intérêt à tuer des civils, mais la vision d'une guerre "propre" reste une utopie, estime le quotidien.

La Märkische Oderzeitung souligne elle aussi l'aspect boomerang de l'opération Mushtarak. L'objectif de cette mission est de reprendre la province du Helmand aux mains des insurgés et des barons de la drogue. Il est cependant inévitable que des civils soient tués au cours de l'offensive. Or, cela a pour effet de retourner la haine de la population contre les troupes étrangères, autrement dit de pousser les Afghans dans les bras des taliban. Par conséquent, conclut le journal, il est probable que l'objectif initial des troupes alliés de faire de cette région un modèle de pacification échoue.

Pour die Welt enfin, il est encore trop tôt pour crier victoire. Les succès rapides de l'ISAF, la Force internationale d'assistance et de sécurité, étaient à prévoir mais ils peuvent être trompeurs. Les composantes d'une guerre insurrectionnelle sont l'esquive, le retrait tactique, le guet-apens, l'embuscade. La population civile est prise en otage. Elle sert à se camoufler et à se replier. En un mot, l'ISAF s'avance là en terrain hautement miné.

Auteur: Konstanze von Kotze / Edition: Anne Le Touzé

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !