1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Obama veut stopper les djihadistes en Syrie

Alors qu'il avait été élu en 2008 pour arrêter l'intervention en Irak, le président américain Barack Obama s'est dit mercredi soir prêt à des frappes en Syrie et en Irak pour stopper la progression de l'État Islamique.

Barack Obama, ici aux commémorations du 11 Septembre à Washington, s'est engagé à frapper l'Etat Islamique en Syrie

Barack Obama, ici aux commémorations du 11 Septembre à Washington, s'est engagé à frapper l'Etat Islamique en Syrie

Le discours de Barack Obama était attendu par des millions d'Américains. Le président s'est montré déterminé mercredi soir à attaquer les djihadistes de l'EI: "Ma position a toujours été claire, nous traquerons les terroristes qui menacent notre pays, où qu'ils soient. Ce qui veut dire que je n'hésiterai pas à agir à l'encontre de l'Etat Islamique en Syrie ainsi qu'en Irak. Quiconque menace les États-Unis ne trouvera aucun refuge".

Des raids auront lieu en Syrie en plus de ceux effectués depuis le début du mois d'août en Irak. S'il parle d'une intervention durable et qui sera comparable aux campagnes effectuées au Yémen et en Somalie, Barack Obama a néanmoins écarté la possibilité d'une intervention au sol s'éloignant, selon lui, des guerres initiées par son prédécesseur, George W. Bush.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry (à droite) tente de mobiliser des pays arabes contre l'EI

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry (à droite) tente de mobiliser des pays arabes contre l'EI

475 nouveaux conseillers militaires seront envoyés pour soutenir les forces irakiennes et kurdes en matière d'équipement et d'entraînement, ce qui porte le nombre des militaires américains à 1600 dans le pays. Le président américain a également souligné le soutien de la communauté internationale dans cette opération: "L'Amérique sera appuyée par une large coalition de partenaires. Nous avons déjà des alliés qui volent au dessus de l'Irak pour apporter des armes et leur aide aux forces de sécurité irakienne et à l'opposition syrienne."

Un discours que s'est empressé de commenter le sénateur Mc Cain, membre de l'opposition: "Dire que les États-Unis sont en sécurité et que la situation est similaire a celles au Yémen et en Somalie montrent que le président n'a pas vraiment compris a quel point la menace de l'Etat Islamique était sérieuse."

Une intervention en Syrie est soutenue par deux tiers de la population américaine qui craignent une expansion du groupe terroriste. Une crainte d'autant plus vive depuis la mort des deux journalistes américains ces dernières semaines.

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !