1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Obama s'attèle à la fermeture de Guantanamo

En Une des grands quotidiens allemands : les premières mesures du nouveau président américain Barack Obama en vue de fermer le camp militaire de Guantanamo à Cuba, où sont internés des suspectsterroristes présumés.

default

L'un des objectifs primordiaux de Barack Obama pour sa présidence est la fermeture du camp de Guantanamo.

Obama Inauguration

Dès le jour de son entrée en fonction, Barack Obama a ordonné la suspension des procès de Guantanamo.

Obama suspend les procès de Guantanamo, titre die Welt, qui approuve l'objectif du nouveau président américain de fermer la base militaire. Le centre de détention de Cuba ne suscite pas seulement l'indignation à l'étranger : même la Cour suprême des Etats-Unis a jugé anticonstitutionnelle l'internement illimité des « combattants ennemis ». Pour se distancer de la politique de George W. Bush, Barack Obama a besoin de ce grand symbole que représente la fermeture du camp, où sont encore détenues environ 250 personnes. Beaucoup d'entre elles sont visiblement innocentes. Le Pentagone a reconnu qu'on y a pratiqué la torture. Mais ce qui s'impose de longue date d'un point de vue moral risque de rencontrer des problèmes sur le plan juridique et sera une véritable épreuve politique pour Barack Obama.


L'une des questions qui se pose, écrit la Frankfurter Allgemeine Zeitung, est de savoir où doivent être envoyés les prisonniers qui vont être libérés – il y en a pour l'instant une soixantaine. Jusqu'à présent, aucun Etat n'est prêt à les accueillir, même si le ministre allemand des affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, serait lui prêt à le faire. Pour quelle raison ? se demande le journal. Cherche-t-il à se faire bien voir de Barack Obama ? Pour la FAZ, la chose est simple : si les personnes libérées représentent un danger, alors elles n'ont rien à faire en Allemagne. Et si elles sont innocentes, elles n'ont qu'à rester aux Etats-Unis.


Gefangener in Guantanamo

Les conditions de détentions à Guantanamo sont dénoncées par de nombreuses organisations de défense des droits de l'Homme.

Une rhétorique contre laquelle s'insurge la Tageszeitung. Il est frustrant de voir la réaction des conservateurs allemands quand il s'agit d'un éventuel accueil des ex-prisonniers de Guantanamo, écrit le quotidien. Au lieu de montrer qu'ils sont prêts à coopérer en vue d'une solution rapide comme le font le chef de la diplomatie et l'opposition, le ministre fédéral de l'intérieur Wolfgang Schäuble et son homologue bavarois Joachim Herrmann renvoient les Etats-Unis à leur responsabilité, et estiment que le pays doit se débrouiller tout seul avec son problème. Si les futures relations transatlantiques sont marquées d'une telle étroitesse d'esprit, alors il sera difficile d'établir une nouvelle relation de confiance avec Washington.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !