1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Obama prône la paix ?

Les journaux reviennent sur le discours de Barak Obama devant la porte de Brandebourg à Berlin et sur les manifestations qui se poursuivent au Brésil contre les dépenses engagées pour le mondial de football en 2014.

La Frankfurter Allgemeine Zeitung note le lieu hautement symbolique choisi par Obama pour prononcer son discours : la porte de Brandebourg, porte d'entrée d'une ville autrefois divisée, aujourd'hui réunie. Obama parle de paix et de liberté. Il invite les Allemands et tous les Européens à œuvrer en faveur du désarment nucléaire et à s'unir contre le changement climatique et la pauvreté.

Certes Obama a pu trouver des mots ayant un écho dans l'histoire récente de l'Allemagne, mais la Frankfurter Rundschau souligne que le discours du président américain qui prône la paix et le désarmement ne se traduit pas dans les faits. Dans la guerre contre le terrorisme, l'assassinat ciblé de personnes par des drones télécommandés est tout aussi impitoyable que l'emploi d'armes de destruction massive.

Des milliers de personnes ont suivi le discours d'Obama à Berlin

Des milliers de personnes ont suivi le discours d'Obama à Berlin

Die Welt s'intéresse au profond changement dans les rapports américano-européens. Si l'Europe d'après-guerre était reconnaissante envers ses libérateurs américains, aujourd'hui, l'Europe et l'Allemagne se sont émancipées et les relations peuvent peuvent désormais s'établir sur un plan plus « adulte ».

die tageszeitung s'intéresse aux manifestations au Brésil, en marge de la Coupe des Confédérations. Depuis dix jours, des centaines de milliers de Brésiliens protestent contre la vie chère et les milliards de dollars engagés pour l'organisation du Mondial de foot 2014. Enfin quelqu'un qui ose protester contre la puissante FIFA, se félicite le journal. Comme chacun le sait, la fédération internationale de football est une organisation mafieuse. Cette colère des Brésiliens fera peut être prendre conscience aux Etats qu'ils n'ont plus à se mettre à genoux devant elle.

La taz rappelle par ailleurs que le secrétaire général de la FIFA avait lui-même déclaré un jour qu'il est "ennuyeux et long" de négocier pour organiser des tournois dans les pays démocratiques. Peut-être que les démocraties, qui écoutent le peuple, arrêteront bientôt de négocier. Les coupes du monde de football ne pourraient alors être organisées que dans les pays autoritaires.

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !