Où vit-on le mieux en Europe ? | Europe | DW | 05.03.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

Où vit-on le mieux en Europe ?

Une étude vient de souligner les différences qui existent entre les pays européens. Notamment du point de vue des salaires moyens, largement inférieurs à l'est du continent.

default

Le bonheur est une notion très relative et en tous cas difficilement quantifiable. C’est pourtant ce qu’a essayé de faire la Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de vie et de travail, laquelle a publié au début de l’année une enquête où elle souligne les disparités qui existent entre les différents pays européens. Des différences de qualité de vie qui sont notamment importantes entre l’ouest et l’est du continent. Le pouvoir d’achat dans les nouveaux états membres est ainsi inférieur de 55% à la moyenne européenne. Des différences importantes existent aussi en matière d’accès à certains produits alimentaires de base, en matière de qualité des logements ou encore pour ce qui concerne les services de santé.

Dänemark Tivoli in Kopenhagen

Les Danois se déclarent parmi les plus heureux en Europe. Ici l'entrée du parc Tivoli à Copenhague.

En tête de tous les classements dès qu’on parle du bonheur, le Danemark surprend par la capacité de ses citoyens à se déclarer satisfaits de leur existence et ceci en dépit de conditions climatiques peu favorables. Les mauvaises langues soulignent la forte consommation d’alcool dans ce pays. Mais plus sérieusement, les faibles disparités de revenus entre les citoyens qui disposent, qui plus est, de services publics de qualité sont une des clés du bonheur danois.

Les explications de Anne-Francoise Hivert.

Lettland - Riga Kirchen im Stadzentrum in Riga

Vue de la vieille ville de Riga . En Lettonie, le sentiment de déprime est renforcé par les importants écarts de richesse

Les Lettons, en revanche, font partie des Européens les plus mécontents. Ils arrivent en effet en queue de peloton dès qu’on les interroge sur leur bonheur personnel. Il faut y voir sans doute une déception devant les faibles améliorations du niveau de vie enregistrées depuis la fin du communisme. Un sentiment de déprime renforcé par les importants écarts de richesse qui existent dans ce pays.

Un reportage de Marielle Vitureau.