Nucléaire : Angela Merkel joue les prolongations | Allemagne | DW | 30.08.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Nucléaire : Angela Merkel joue les prolongations

Angela Merkel se déclare en faveur d'une prolongation de l'activité des centrales nucléaires en Allemagne. Et pourtant, la coalition rouge-verte avait adopté une loi sur l'abandon total du nucléaire civil d'ici à 2020.

default

La décision a été prise en 2001. L'Allemagne était alors dirigée par une coalition rouge-verte. Gerhard Schröder en était le chancelier. D'ici 2020, toutes les centrales nucléaires devaient être fermées. Berlin voulait se concentrer sur les énergies renouvelables. Mais au plus tard depuis les législatives de septembre dernier, les partis de centre-droit, vainqueurs aux urnes, n'en faisaient plus mystère. Ils voulaient revenir sur la loi de 2001. Angela Merkel :

Demonstrationen gegen Atomkraft in Brokdorf

La coalition rouge-verte avait décidé l'abandon du nucléaire civil

« Je crois qu'il faut que nous nous engagions dans la bonne voie. Les gens veulent pouvoir se payer l'énergie dont ils ont besoin. Nous ne voulons pas perdre d'emplois, mais d'un autre côté, nous voulons également mener à bien une révolution énergétique. Pourquoi devrions-nous nous rendre la tâche difficile, alors que nous disposons de centrales nucléaires fiables ? »

Berlin est favorable à une prolongation de 10 à 15 ans

La chancelière allemande a répondu elle-même à sa question, ce week-end à la télévision allemande : elle juge « raisonnable » de laisser les 17 centrales en service dix à quinze ans de plus que prévu. C'est-à-dire jusqu'à 2030-2035. C'est la grogne du côté du parti social-démocrate. Sigmar Gabriel est le chef du SPD :

« Je trouve cela incroyable ! Le gouvernement fait des déclarations sans avoir effectué des analyses sur la fiabilité des centrales nucléaires les plus anciennes. On fait comme s'il était possible de rénover de fond en comble des centrales, du jour au lendemain. Alors que l'on sait pertinemment que ce n'est pas le cas. »

Atomkraft - Nein Danke

Le nucléaire? Non, merci! Une manifestation est prévue le 18 septembre à Berlin

L'argument du gouvernement pour une prolongation de l'activité des centrales : donner le temps aux énergies renouvelables de prendre le relais du nucléaire. Mais il s'agit également de ne pas se mettre à dos une industrie lucrative. Par ailleurs, Berlin souhaiterait prélever une taxe sur le combustible nucléaire. Ce qui renflouerait les caisses de l'Etat. Il est question d'un apport de 2,3 milliards d'euros par an.

56% des Allemands refusent toutefois que les centrales nucléaires soient exploitées au-delà de 2020. La population allemande a une peur viscérale de l'atome - notamment à cause d'un problème qu'aucun pays au monde n'est parvenu à régler : le stockage des déchets radioactifs.

Auteur : Carine Debrabandère
Edition : Marie-Ange Pioerron