Nouvelle attaque contre des Africains en Israël | International | DW | 04.06.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Nouvelle attaque contre des Africains en Israël

Ce lundi, des individus ont mis le feu à un foyer occupé par des Erythréens. L'incident, qui s'est produit dans un quartier juif de Jérusalem, a fait officiellement deux blessés. La police parle d'acte criminel.

Cet incident vient s'ajouter à la liste des attaques devenues fréquentes à l'encontre des ressortissants africains en terre israélienne. La police israélienne n'a pas encore identifié les personnes qui ont mis le feu ce lundi (4 juin 2012) à l'appartement occupé par des ressortissants de l'Erythrée. Mais elle privilégie la piste criminelle. Selon des médias israéliens, un tract portant l'inscription "Dégagez du quartier" a été retrouvé sur un mur de l'appartement. Ce serait donc un acte xénophobe, comme on en a recensé plusieurs ces derniers temps. L'épicentre de cette révolte anti-immigrés africains, c'est la ville de Tel Aviv.

Israelis protestieren gegen hohe Lebenshaltungskosten

Manifestation contre la vie chère à Tel Aviv, le 2 juin dernier

La grogne sociale, un terreau fertile ?

Tel Aviv, métropole de 400.000 habitants dont 15% seraient des immigrés en situation irrégulière. Sans papiers donc sans autorisation de travail, ces immigrés pour la plupart soudanais, érytrhéens ou encore éthiopiens, verseraient dans la criminalité. Il faut dire que la morosité économique qui touche de nombreux pays n'épargne pas Israël. Des manifestations à l'image de celles du Printemps arabe sont souvent organisées pour dénoncer l'inégale répartition de la richesse, la cherté des loyers et des prix des denrées alimentaires. Des milliers de personnes étaient encore dans la rue ce samedi. La faiblesse du pouvoir d'achat ajoutée à la criminalité ne font donc qu'accroître les sentiments anti-africains.

Les plus radicaux des manifestants exigent le renvoi des immigrés chez eux ou même leur mise à mort. Un appel qui trouve un écho aux plus hauts niveaux de l'État ; Miri Regev, une parlementaire du Likoud, le parti de droite au pouvoir a récemment affirmé que les Soudanais étaient comme un cancer dans le corps d'Israël. Des déclarations condamnées par les libéraux et les défenseurs des droits de l'Homme.

Auteur : Fréjus Quenum
Édition : Konstanze von Kotze

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !