1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Nouveau système de défense anti aérien pour la Bundeswehr

La ministre allemande de la Défense, Ursula von der Leyen a choisi pour l'armée allemande le programme euro-américain Meads, pour Medium Extended Air Defense System.

Raketenabwehrsystem MEADS

Une batterie du système de missiles sol-air Meads

Un système de missiles sol-air produit en coopération par MBDA, premier fabricant de missiles européen et Lockheed Martin, géant de l'armement américain. Un choix pris sur fond de restrictions budgétaires au sein de l'armée. Or, selon l'agence de presse allemande DPA, Berlin, qui a déjà englouti quatre milliards d'euros dans le projet, devrait encore débourser "trois à quatre autres milliards".

Deutschland Verteidigungsministerin Ursula von der Leyen bei Soldaten

La ministre de la Défense Ursula von der Leyen est à l'écoute de la Bundeswehr

"Huit milliards d'euros, ce n'est pas rien!" souligne le quotidien Thüringische Landeszeitung de Weimar dans l'est de l'Allemagne. Surtout si c'est le contribuable qui doit payer la facture. Une chose difficile à faire comprendre aux électeurs face à des infrastructures routières et ferroviaires en partie délabrées. Là il faut des arguments de poids."

Ces arguments justement font défaut, estime le quotidien Volksstimme de Magdebourg : "Tout porte à croire qu'il ne s'agit là que de soutenir l'industrie allemande de l'armement. Car le système Meads est en partie produit en Allemagne et y assure des emplois. C'est pourquoi la question de son prix n'a joué aucun rôle lors de cette décision, même si le système de missiles antiaérien américain Patriot aurait été moins cher", conclut le journal.

Deutschland Verteidigungsministerin Ursula von der Leyen bei Soldaten

Ursula von der Leyen est la première femme au poste de ministre de la Défense en Allemagne



Commentaire critique également dans le quotidien Reutlinger General-Anzeiger: "Il y a plusieurs années déjà Washington a renoncé à se doter d'un tel système en raison des coûts trop élevés. Quant à la France, elle avait abandonné sa participation au projet de manière précoce, pour développer elle-même son propre système, rappelle l'éditorialiste, qui déplore le manque de coopération européenne dans le domaine de l‘armement."

Autre thème: le dossier grec

Un dossier qui continue aussi de faire couler beaucoup d'encre, alors que la Commission européenne a nettement haussé le ton face à Athènes.

"La Commission européenne, l'un des trois principaux créanciers de la Grèce avec le FMI et la BCE, a rejeté la nouvelle et énième proposition de réformes présentée mardi à Bruxelles par le gouvernement grec, relève la Süddeutsche Zeitung. Dans cette nouvelle missive d'Athènes, le gouvernement grec exprime des engagements, des promesses, des espoirs formulés en chiffres et qui n'ont qu'un objectif : persuader enfin les créanciers de lui verser la somme de 7,2 milliards d'euros tant attendue. Car, la Grèce, surendettée, en a un besoin très pressant pour rembourser une petite partie de ses dettes et payer les factures les plus urgentes. Mais même cet argent ne suffira pas à alléger vraiment la misère grecque", estime l'éditorialiste.

Belgien Alexis Tsipras in Brüssel

Les propositions du Premier ministre grec Alexis Tsipras pour résoudre la crise de l'endettement de son pays ne satisfont pas la Commission européenne

Une chose essentielle manque, aussi bien dans le papier d'Athènes que dans celui des créanciers: les idées qui permettraient à la Grèce de renouer avec la croissance, de réduire le chômage extrêmement élevé et de reprendre les rênes en main ! La condition sine qua non pour la croissance, c'est la confiance. Or, c'est justement cela qui fait défaut, conclut la Süddeutsche. Quel entrepreneur voudrait investir dans un pays dont personne ne sait s'il sera encore dans la zone euro le mois prochain?"

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !