1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Nokia sous les feux de la critique

En Allemagne, la délocalisation annoncée par le groupe Nokia de son usine de Bochum, dans l'ouest de l'Allemagne vers la Roumanie, a choqué employés, syndicats et milieux politiques.

default

Le ministre allemand des Finances, Peer Steinbrück

A Berlin, le gouvernement allemand a l’intention de rencontrer aussi tôt que possible les responsables du groupe finlandais afin d’évoquer la fermeture de l' usine allemande de Nokia…

Si la direction de Nokia s’est dit ouverte au dialogue avec les autorités fédérales et régionales sur la fermeture de son usine de production en Allemagne, elle a ouvertement exclu de revenir sur sa décision. Le ministre - Président de Rhénanie du Nord Westphalie, Jürgen Rüttgers :

« Nous voulons que l’entreprise explique pourquoi elle a pris une telle décision. Jusqu’ici elle n’a fourni aucune explication plausible…

La ministre régionale de l'Economie Christa Thoben estime que Nokia n’a pas rempli ses engagements. L’Etat régional pourrait demander le remboursement d’une partie des 60 millions d'euros de subventions qu'il avait versés à Nokia . (L'Etat fédéral avait en outre versé 20 millions), des subventions liées à la promesse d’employer 2800 personnes dans l’usine de Bochum, ville de la Ruhr, une région déjà durement touchée par le chômage. Selon les responsables du groupe finlandais, le coût du travail est près de dix fois plus élevé en Allemagne qu'en Roumanie, tout nouveau membre de l'Union européenne. Le ministre fédéral des Finances , Peer Steinbrück critique le nomadisme de ce qu’il appelle » un capitalisme de caravane » et :

« Quand une entreprise prend une telle décision, parce que la marge de bénéfices ne comporte plus 20 % , mais 15 % et qu’il avancent l’argument que les coûts salariaux sont trop élevés , bien que ces coûts n’entrent que pour une part de 5% dans les prix de revient, alors les responsables doivent savoir que ce n’est nullement convaincant ! Le résultat est que les gens perdent totalement confiance en une telle entreprise. Et cela a des conséquences à longue échéance ! »

Les entretiens prévus permettront -t- ils aux employés de Bochum de garder leurs emplois ? Le ministre Peer Steinbrück ce vendredi :

« Je crois que l’on ne doit pas éveiller de faux espoirs. Apparemment les dés sont tombés en Finlande . Mais je comprends bien l’indignation que cela provoque. C’est l’ expression d’un capitalisme nomade qui sape l’adhésion à notre modèle économique et social. Les gens perdent confiance, c’est très dangereux et a une dimension politique… »

Hier déjà, les syndicats allemands ont appelé les consommateurs à boycotter les portables Nokia, un appel entendu au moins par un ministre...il s’est débarrassé de son téléphone portable finlandais.