1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Noam Chomsky ou ne plus consentir à l'ordre établi

Deuxième jour du GMF, le Forum mondial des Médias qui se tient à Bonn. Lundi, un invité de marque était présent : l’intellectuel américain Noam Chomsky, adulé ou contesté pour sa lecture critique du monde contemporain.

Auf dem Bild: Noam Chomsky beim Global Media Forum 2013. Avram Noam Chomsky, Keynote Speaker auf dem Deutsche Welle Global Media Forum 2013 - A Roadmap to a Just World - People Reanimating Democracy 17.6.2013, Bonn. Bild: © DW/M. Magunia

GMF Global Media Forum 2013 Noam Chomsky

Le GMF est une rencontre, organisée chaque année par la Deutsche Welle, qui se conçoit comme une plateforme d’échanges pour journalistes, décideurs, membres d’ONG et bloggeurs venus des quatre coins de la planète. Parmi les orateurs les plus remarqués, lundi : Noam Chomsky.

die spanische Protestbewegung der Indignados, die am 15. Mai 2011 den zentralen Platz in Madrid besetzt haben. Fotograf: Colin Brooks, er tritt alle Rechte an die DW ab. Alle Bilder wurden in Madrid aufgenommen.

Des "Indignés" madrilènes en 2011

Non au silence des médias

Linguiste et philosophe, Noam Chomsky fait partie des intellectuels vivants les plus cités au monde. Né en 1928 aux Etats-Unis, il théorise dans son dernier ouvrage le mouvement planétaire de contestation sociale des « Indignés ». Ce mouvement qui depuis trois ans, en Europe notamment, remet en cause le modèle économique en vigueur, lui reprochant les inégalités sociales qu'il génère. Un processus de domination justement au cœur de la réflexion de Noam Chomsky qui critique la « pensée dominante » et le silence des médias de masse dans les sociétés où une relative liberté d’expression est pourtant garantie.

S'adresser aux « sous-informés »

Au GMF devant une salle comble, dans ses conférences et ses écrits, Noam Chomsky s’adresse à la majorité des gens, ceux qui n’ont pas de pouvoir et, sous-informés, subissent les mécanismes du système politique et économique en place :
« 70% de la population mondiale, les personnes plus pauvres, n’ont aucune influence sur la politique, quelle qu’elle soit. Au-dessus, il y a les gens qui ont un revenu confortable. Et encore au-dessus, il y a ceux qui ont un peu plus l’influence sur le cours des choses.

Auf dem Bild: Noam Chomsky beim Global Media Forum 2013. 17.6.2013, Bonn. Bild: © DW/M. Magunia

Au Global Media Forum 2013, Noam Chomsky a parlé devant une salle comble

Et tout en haut, ça représente 1% des gens, il y a ceux qui ont tout ce qu’ils veulent et qui déterminent les choix politiques. Le véritable nom pour ce système, ce n’est pas la démocratie, mais la ploutocratie »

Le pouvoir aux citoyens

Noam Chomsky encourage les citoyens à se réapproprier la démocratie et réfléchit au rôle que peuvent jouer les médias en ce sens :

« Les élections n’ont quasiment plus de signification. Et, comme dans les pays en développement, l’appareil qui fixe les règles en Europe, ce sont les institutions financières internationales. C’est un choix qu’a fait l’Europe. Elle n’était pas obligée. »

Dans son allocution de Bonn, Noam Chomsky s’est aussi montré critique, comme souvent, sur la politique intérieure et étrangère de son pays, les Etats-Unis, et ses visées hégémoniques depuis la fin de la Seconde guerre mondiale.

Bobs 2013: remise des prix

A noter aussi la présence d'une autre célébrité, ce mardi, au GMF. Les travaux de la journée ont commencé sur un discours du chef de la diplomatie allemande, Guido Westerwelle. Et ce soir a lieu la cérémonie de remise des prix aux lauréats des Bobs. Ce concours qui récompense les meilleurs blogs et initiatives de cyberactivisme est organisé chaque année par la Deutsche Welle. Le prix du meilleur blog revient à Li Chengpeng, de Chine. Et plusieurs Africains sont aussi récompensés dans diverses catégories.

La rédaction vous recommande

Notre dossier sur les Bobs