Noël entaché par des attentats au Nigeria | Archives Afrique | DW | 25.12.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Archives Afrique

Noël entaché par des attentats au Nigeria

Des explosions ont eu lieu dans plusieurs églises à travers le Nigeria dimanche. La plus importante a fait au moins 27 morts près de la capitale, Abuja. L’attaque a été revendiquée par la secte islamiste Boko Haram.

Onlookers and security staff gather around a car destroyed in a blast next to St. Theresa Catholic Church in Madalla, Nigeria, Sunday, Dec. 25, 2011. An explosion ripped through a Catholic church during Christmas Mass near Nigeria's capital Sunday, killing scores of people, officials said. A radical Muslim sect claimed the attack and another bombing near a church in the restive city of Jos, as explosions also struck the nation's northeast. (Foto:Dele Jones/AP/dapd)

Les fidèles assistaient à la messe quand l'explosion s'est produite

De nombreux fidèles étaient réunis dans l'église catholique Sainte Theresa de Madalla quand l'explosion s'est produite. On y célébrait la messe de Noël du matin. Selon les secouristes, au moins 27 personnes ont perdu la vie.

Un autre attentat a visé une église dans la ville de Jos, dans le centre du pays. Il a coûté la vie à un policier. Dans le nord-est du pays, trois attaques ont été signalées par des témoins dans l'Etat de Yobe. A Damaturu, deux bombes ont explosé dimanche, sur un rond-point et dans un bureau. L'une d'entre elles a tué trois policiers, ainsi que le kamikaze. Dans la ville de Gadaka, également dans le nord-est, des chrétiens ont été attaqués près d'une église samedi soir, il n'y a pas eu de blessés, mais les assaillants ont brûlé des voitures de fidèles.

A victim is tended to by medics in an ambulance following a blast at a Catholic church near Nigeria's capital lays on a bed at Suleja General Hospital in Suleja, Nigeria, Sunday, Dec. 25, 2011. An explosion ripped through a Catholic church during Christmas Mass near Nigeria's capital Sunday, killing scores of people, officials said. A radical Muslim sect claimed the attack and another bombing near a church in the restive city of Jos, as explosions also struck the nation's northeast. (Foto:Dele Jones/AP/dapd)

L'attentat a fait au moins 27 morts et de nombreux blessés

Le Vatican a dénoncé « une haine aveugle et absurde qui n'a aucun respect pour la vie humaine ». Selon le porte-parole du Saint-Siège, le père Federico Lombardi, l'attentat de Madalla « cherche à susciter et à alimenter encore plus de haine et de confusion » au Nigeria, où les violences interreligieuses se sont aggravées ces dernières années.

Boko Haram multiplie ses actions

La secte islamiste Boko Haram a revendiqué l'attaque de l'église de Madalla et a affirmé que d'autres actions allaient suivre dans le nord du pays ces prochains jours. Pendant la semaine précédant Noël, les violences s'étaient multipliées dans le nord-est du Nigeria : la secte a lancé jeudi et vendredi des attaques sur les villes de Maiduguri, Damaturu et Potiskum. Des affrontements ont suivi entre membres de la secte et forces de sécurité. Ces violences ont fait plus d'une soixantaine de morts, certaines sources parlent même d'une centaine de victimes.

L'année dernière déjà, Boko Haram avait revendiqué une série d'attaques qui avaient fait plus de 80 pendant la période de Noël. La secte islamiste, qui existe depuis 2004, se réclame des talibans afghans. Elle rejette les valeurs occidentales et prône l'introduction de la charia au Nigeria, dont la population est partagée entre musulmans et chrétiens. En 2009, Boko Haram avait lancé une insurrection à Maiduguri, capitale de l'Etat de Borno, dans le nord-est du pays. Le soulèvement avait été écrasé par l'armée et environ 800 personnes avaient été tuées. Le groupe a toutefois poursuivi ses actions, principalement dans le nord du pays, majoritairement musulman, mais aussi dans d'autres régions, notamment Abuja. En août dernier, l'attaque du siège des Nations unies avait fait 24 morts.

Auteur : Aude Gensbittel, avec dpa, AFP, reuters
Edition : Dirke Köpp