Nina Rhode, artiste expérimentale | Allemagne | DW | 01.06.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Nina Rhode, artiste expérimentale

Il est difficile de définir l’art. Mais il est encore plus difficile de définir l’art de Nina Rhode : une Berlinoise qui expérimente.

default

Nina Rhode

Lorsque l’on demande à Nina Rhode ce qu’elle fait exactement comme type d’art, on l’entend dire : « je dirais que je fais des expériences multimédias ».

Gesichter Deutschlands Porträt NiRhP2

Dans le salon de Nina Rhode

Ce qu’elle veut dire par là, on le découvre dans son salon. Une énorme plaque noire est accrochée au mur. Sur cette plaque sont montées trois autres plaques, plus petites. L’ensemble tourne grâce à un petit moteur. Le mouvement de va-et-vient de ces plaques multicolores crée des motifs de couleur sans cesse renouvelés – donnant une impression à la fois chaotique et harmonieuse. C’est cela que Nina entend par expérimentation : « j’aime lorsque les choses ne marchent pas de manière parfaite. Il en sort des tensions captivantes. En réalité, j’aimerais pouvoir toujours laisser la possibilité au chaos, parce que je le trouve plus intéressant que la perfection ou l’ordre ».

Edding le chat

Gesichter Deutschlands Fragebogen NiRhF3

Edding le chat dort sous la couverture

L’ordre et le chaos – ce paradoxe convient tout à fait à Nina Rhode et à son mode de vie. Son quotidien n’est pas ordonné – du moins pas à première vue. La seule chose qui donne un semblant de routine à sa journée est son chat, Edding : « Mon chat me réveille en venant s’allonger sur ma poitrine. Il me regarde fixement jusqu’à ce que j’ouvre les yeux. Ensuite, il miaule et je lui prépare quelque chose à manger. Puis je prends mon café. »

On ne sait pas trop si c’est le hasard ou autre chose qui a fait entrer Edding dans la vie de Nina. Lorsque, il y a plusieurs années, elle a emménagé dans ce qui lui sert aussi d’atelier – un énorme appartement non rénové et abrité dans un vieil immeuble, son premier problème fut d’en chasser les rats. Nina se renseigna alors sur la meilleure façon de s’y prendre et trouva un chat surnommé « Henning ». Elle le rebaptisa aussitôt « Edding ». Le nouveau compagnon prit sa mission très au sérieux, voire trop au sérieux. Après avoir chassé les rats, Edding commença à rapporter des souris dans l’appartement, à jouer avec elle (pour ne pas dire les torturer) avant de les dévorer. « Au lieu des rats, j’ai eu droit à des souris déchiquetées », raconte Nina en souriant, indulgente.

Une vie consacrée à l’art

Gesichter Deutschlands Fragebogen NiRhF3

L'art, une perpétuelle recherche

En ce moment, Nina expose des œuvres dans une galerie de Berlin. Elle vit depuis ses études dans la capitale allemande. Elle espère que les gens qui regardent ses œuvres y prennent du plaisir et – qui sait – les achètent car en définitive, elle vit de son art. Parfois, Nina prend également des commandes. Et elle tient un petit bar. Ça n’est pas évident tout le temps de vivre sans un revenu régulier, confie-t-elle. Ses priorités dans la vie : « Quand j’ai du mal à joindre les deux bouts, je préfère prendre un tube de peinture plutôt qu’avoir le ventre plein ».

Ce dont elle a besoin pour vivre? Son appartement-atelier, l’atelier de sculpture situé juste à côté de chez elle, et suffisamment de matériel pour ses expériences. Nina Rhode n’a pas de prétentions particulières. Ce qu’elle veut, c’est rester ouverte à de nouvelles idées et vivre pour son art.

Autor: Gabriel Borrud
Traduction : Konstanze von Kotze
Edition : Anne Le Touzé

La rédaction vous recommande

Liens