1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Nigeria : un signe de vie à Mubi après Boko Haram

Trois ans se sont écoulés depuis que Boko Haram a attaqué la ville de Mubi, située à dix kilomètres de la frontière avec le Cameroun, fin octobre 2014. Aujourd'hui, la ville reçoit de nombreux réfugiés nigérians.

Peu de temps après la prise de Boko Haram, Mubi a été repris par l'armée nigériane et reçoit maintenant de nombreux réfugiés fuyant la terreur de cette organisation terroriste. Connue comme la ville de la paix et bénéficiant d'une croissance économique prometteuse, Mubi a déjà reçu une centaine de milliers de réfugiés nigérians.

 

Safratu Ayuba, le porte-parole des personnes déplacées qui se trouvent dans un camp de transit dans la périphérie de Mubi - géré et protégé par les militaires au Nigeria - explique que la majorité des réfugiés enregistrés ont trouvé du travail dans la ville.

Selon lui, tous les réfugiés veulent retourner dans leur pays d'origine.

 

Afrat Ayuba, le porte-parole des personnes déplacées qui se trouvent dans un camp de transit à Mubi

Safratu Ayuba dans le camp de transit à Mubi

"Nous sommes très reconnaissants envers le gouvernement et la société civile de la manière dont ils prennent soin de nous. La priorité suivante est d'obtenir un petit morceau de terre pour commencer à cultiver. A partir de là, nous pouvons commencer notre vie", explique Safira Ayuba.

 

La peur persiste chez les habitants

 

La crainte de la terreur qui a frappé la ville dans un passé récent est toujours présente. Danladi Abubakar, représentant de l'émir, explique que les résidents à Mubi redoutent que des combattants de Boko Haram aient pu entrer dans la ville déguisés en réfugiés.

 

"Nous avons appris que la sécurité n'est pas une tâche qui incombe seulement aux les militaires, mais aussi à tous les citoyens", explique Daniadi Abubakar. "C'est tout le marché qui doit devenir gardien de la paix. Chaque fois que nous sommes assis ensemble, j'encourage les gens à être attentifs à ce qui se passe autour d’eux. Les nouveaux arrivants sont strictement surveillés. S’ils viennent en paix, ils sont les bienvenues. Mais si quelque chose nous semble étrange, nous les interrogeons et, si nécessaire, nous alertons les autorités."

 

Décrite comme une ville animée avec de l'énergie et de nombreuses activités, Mubi, qui compte environ 200.000 habitants, est également connue comme la ville de la paix. Cependant, le pasteur Dean Harrison dit que Mubi a beaucoup changé depuis 2014. Il explique que les gens sont traumatisés et ont du mal à se faire confiance les uns les autres.

 

"Mubi n’est plus la même ville. Nous vivons dans un climat de suspicion. Le soupçon musulman du chrétien et vice-versa. Personne ne voit l'autre frère comme avant parce que nous n’avons pas oublié ce que nous avons vu avec nos yeux le 21 octobre 2014, quand Boko Haram a atteint Mubi et a brûlé toutes nos églises", se souvient Dean Harrison.

 

La concurrence et l'inflation rendent la vie difficile

 

Mubi se développe à une vitesse énorme parce que les hommes d'affaires des districts du nord Gwoza, Bama et Maidagali ont déménagé en raison de la situation sécuritaire difficile. Les routes ne sont pas en sûres. Alors que Mubi offre toujours une rioute praticable et protégée vers le Cameroun.

 

Sur le marché de Mubi : le chargement d'un camion

Sur le marché de Mubi : le chargement d'un camion

"Il y a un boom économique, il y a des profits plus élevés, mais en même temps, la concurrence a augmenté massivement. C’est une survie des plus forts. Les riches deviennent plus riches, les pauvres plus pauvres." dit le chef de l'administration locale, Kabiru Buba Isa.

 

En raison de l'augmentation de la demande de logements par les réfugiés, les loyers ont augmenté, de même que les prix des aliments de base.

 

Un traumatisme qui est toujours là

 

Le pasteur Dean Harrison participe au conseil interreligieux de la ville et depuis le retour des résidents il y a un an et demi, il y a eu des rassemblements et des réunions presque chaque semaine.

 

"Nous savons que les gens sont profondément traumatisés. C'est la raison pour laquelle nous avons lancé de nombreuses initiatives pour guérir ces traumatismes."

 

Finalement, au-delà de la bonne santé économique de la ville, ce que veulent les habitants de Mubi c'est avant tout pouvoir vivre en paix et en sécurité.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !