Nigeria : premier bilan des victimes des violences intercommunautaires | Afrique | DW | 20.04.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Nigeria : premier bilan des victimes des violences intercommunautaires

Au moins 200 personnes sont mortes dans les émeutes post électorales qui ont suivi la proclamation de la victoire de Goodluck Jonathan. C'est le premier bilan donné par une ONG travaillant dans le nord du Nigeria.

default

Selon des témoins à Kaduna, l'une des villes la plus touchées par ces violences, dans le centre nord du pays, les forces de l'ordre ont interpellé plus d'un millier de personnes. Au même moment les militaires continuent leurs patrouilles dans la ville. Un calme précaire semble revenir à Kaduna, après quatre journées sanglantes. Selon plusieurs ONGs évoluant sur place, plus de 400 personnes auraient été bléssées à Kano, Kaduna et Sokoto. Trois grandes villes où musulmans et chrétiens se sont entretués, ont brûlé des édifices réligieux et jeté des corps humains dans des puits.

Nigeria / Goodluck Jonathan / Präsident

Goodluck Jonathan, vainqueur officiel de l'élection, chrétien originaire du sud

Près de 40 000 déplacés

De sources concordantes citées par des organisations indépendantes, 40 000 personnes restent toujours retranchées dans les camps militaires et dans plusieurs locaux de la police. La Croix rouge nigérianne parle pour l'instant de 25.000 déplacés dans 7 des 14 Etats touchés par les violences post électorales. Umar Abdu Mairiga coordonne les activités humanitaires de cette ONG :

"A l'heure qu'il est nous avons 25.000 personnes déplacés internes dans les camps militaires et les postes de police dans sept Etats du pays. Deux de ces Etats se trouvent au nord-ouest et trois dans le nord Est".

Muhammadu Buhari Nigeria Wahl

Muhammadu Buhari, candidat malheureux, musulman du nord

Calme précaire

Dans plusieurs villes les responsables religieux ont condamné ces actes. Malgré tout la situation reste tendue et un couvre feu de 24 heures sur 24 est toujours en vigueur. Le personnel de la Croix rouge fait ce qu'il peut dans les quartiers difficiles d'accès. Selon Umar Abdu Mairiga, les victimes viennent de tous bords:

"Il y a de tout. Aussi bien des musulmans que des chrétiens. Des hommes, des femmes et des enfants".

Le général Muhammadu Buhari, ancien chef militaire, arrivé deuxiéme et très populaire dans le nord conteste la victoire de son rival, Goodluck Jonathan, mais a dit qu'il respecterait les canaux légaux. Il a appelé ses militants à arrêter les violences.

Auteur : Bob Barry
Edition : Marie-Ange Pioerron

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !