1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Nigeria : enquête sur les violences de Baga

Sur ordre du président nigérian Goodluck Jonathan, une enquête doit être ouverte après la mort de 187 personnes, victimes des violences survenues à Baga, dans le nord-est du Nigeria, fief des islamistes de Boko Haram.

Cette enquête devrait permettre de faire la lumière sur les circonstances de ces décès suite aux violences qui ont éclaté vendredi à Baga, un village situé dans le nord-est du pays et l'une des bases du groupe islamiste Boko Haram. Près de la moitié de la localité aurait été détruite.

Incertitude sur les circonstances des affrontements

Selon des habitants de Baga, les insurgés à l'origine de l'attaque se seraient servis d'armes lourdes. Mais pour le moment on ne sait que très peu de choses de la nature exacte des combats, ni d'ailleurs des raisons de l'attaque. Selon certaines sources, les combats ont commencé lorsque des soldats ont encerclé une mosquée dans laquelle des insurgés étaient cachés. D'autres affirment que les violences ont en fait éclaté quand des militants armés de Boko Haram ont voulu entrer dans un centre où les villageois suivent habituellement des matchs de football.

Bombenanschlag in Maiduguri Nigeria ARCHIVBILD 2012

Attentat imputé au groupe rebelle Boko Haram au marché de Maiduguri ( nord du Nigeria) le 7fevrier 2012.

Par ailleurs, des habitants de Baga ont accusé les militaires d'avoir tiré sur des civils sans discernement et d'avoir incendié la majeure partie de la localité. Une situation d'incertitude qui fait dire ceci à Tijani Musa Tumsah, leader de l'ANPP, un parti d'opposition: « J'imagine que c'est une grande défaite pour le gouvernement de ne pas être en mesure de maîtriser ce qui se dit et ce qui s'est passé. »

Selon la Croix-Rouge, 187 morts ont été enterrés, et 77 personnes sont actuellement hospitalisées. Un bilan que contestent les militaires. Il faut dire que les combats ont été selon les témoins d'une violence inédite entre l'armée nigériane et les combattants de Boko Haram. Alhladji Sidi Yakubu est chargé de la gestion des ressources en eau à Yobe, une localité dans laquelle sévit Boko Haram. Pour lui plusieurs raisons expliquent la crise actuelle au Nigeria:

« Vous savez, quand il y a la mauvaise gouvernance, quand il n'y a pas de justice, que les citoyens n'ont pas des droits qui les protègent, c'est le résultat qu'on a. Je pense que s'il y avait de la justice, de l'équité, du fair play, rien de cela n'arriverait. Parce que ce problème est dû au chômage, à l'insécurité... car l'origine de la crise c'est l'injustice. »

Anschlag Nigeria Sekte Boko Haram

Les soldats de l'armée nigeriane traquent les combattants de Boko Haram.

Une commission d'enquête doit être mise en place, mais l'expérience enseigne que les enquêtes ouvertes dans le passé après de violences similaires n'ont jamais abouti.

Baga sous contrôle de l'armée

Depuis les affrontements, la population de Baga a déserté la localité qui est toujours placée sous état de siège militaire à en croire certains habitants. Une information que semble confirmer la Croix-rouge. Des travailleurs humanitaires de la branche nigériane de l'organisation tenteraient en effet d'accéder au village.

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !