1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Nigeria: 50.000 fonctionnaires fictifs

 L'administration de Muhammadu Buhari avait décrété dès sa prise de pouvoir en 2015 la tolérance zéro contre la corruption, un mal récurrent affectant l'économie du pays.

Quinze juges nigérians ont été arrêtés par les services secrets les 8 et 9 octobre 2016 pour corruption. Des millions de nairas et autres devises ont été découverts à leur domicile. Stella UBANI préside l’ONG "No more corruption in Nigeria". Pour elle, le renvoi des juges ayant reçu des pots de vins de la part des personnes interpellées pour malversations financières est un signe positif: "La corruption des juges nous laisse perplexes. Mais je suis heureuse parce que ce nouveau développement servira de leçon à toute personne qui veut s’enrichir illégalement."  Umar DIKO est expert comptable. Il milite aussi contre la corruption et exhorte la commission à plus de vigilance: "Plusieurs banques au Nigeria, plusieurs compagnies pétrolières, plusieurs compagnies de construction et de télécommunication sont de connivence avec les personnes corrompues pour s'emparer de notre argent."

Nigeria Symbolbild Muhammadu Buhari Anti-Korruptions-Offensive (picture-alliance/AP Photo/C. Owen)

Muhammadu Buhari veut lutter contre la corruption

Opération de séduction

En revanche, l'avocat Emmanuel OKAFOR de Lagos regrette que la lutte contre la corruption soit surtout une opération de communication des pouvoirs publics: "La lutte contre la corruption n'existe que dans la presse, dans les médias. Les remises en liberté occupent le devant de la scène et on entend que celui là a détourné 20 millions et que celui ci aurait détourné 30 milliards de dollars. Ceci est difficile à prouver devant les tribunaux. Voilà pourquoi les gens disent que les accusés sont persécutés plutôt que d'avoir droit à des procès équitables."

Participation citoyenne

Les autorités nigérianes espèrent aussi impliquer les citoyens pour que les lançeurs d'alerte soient de plus en plus nombreux dans le pays. Elles ont promis de récompenser financièrement et de protéger ceux qui dénonceraient des détournements de fonds publics. Mais la tâche sera rude. Selon le dernier classement sur l'indice de perception de la corruption dans le monde réalisé par l'ONG Transparency international basée en Allemagne, le Nigeria occupe le 136 ème rang sur 168 pays. 
 

 

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !