1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Niels Högel : l'autre "ange de la mort"

L’infirmier allemand, déjà condamné en 2015 à la perpétuité pour la mort de deux patients, aurait selon les conclusions des enquêteurs tué au moins 90 patients. Une affaire qui fait la Une des journaux allemands.

C’est après "134 exhumations et plusieurs centaines de témoignages" que le chef de l’enquête a estimé pouvoir prouver  qu’au moins  90 meurtres ont été commis par Niels Högel. Cet infirmier de 41 ans officiait dans des cliniques d’Oldenburg et Delmenhorst, toutes situées dans le Land de Basse-Saxe. 

Niels Högel tuait généralement les patients à l'aide de surdoses médicamenteuses, souvent lorsqu'ils étaient en réanimation. Des méthodes "monstrueuses", commente la Süddeutsche Zeitung. 

Cependant, le journal de Munich ne lui fait pas porter seul la culpabilité de ces meurtres. Les responsables des deux cliniques dans lesquels il a travaillé sont également coupables, car de tels agissements auraient dû éveiller les soupçons. 

"Chaque fois qu’il y avait des soupçons, ceux –ci étaient rejetés par les responsables" de ces établissements, regrette le journal, qui s’insurge par ailleurs contre "une faute organisationnelle". 

La Osnabrücker Zeitung abonde dans le même sens que le journal munichois, soulignant le fait que la direction de la clinique d’Oldenburg avait en sa possession les statistiques des taux de mortalité. "Des taux significativement associés aux heures de travail de Högels", écrit le journal.  

Au lieu de signaler ces anomalies, la direction est "restée inactive et a même rédigé la lettre de recommandation l’ayant permis de rejoindre la clinique de Delmenhorst", écrit le journal. 

"Mais qui veut soupçonner un collègue de tuer des patients ? Qui a le courage de dénoncer son patron?", s’interroge la Frankfurter Allgemeine Zeitung, pour sa part. En raison de ces faiblesses humaines qu’il revient aux établissements de santé de prévenir ces doutes, afin que toute personne ayant un poste de responsabilité n’ait pas peur d’appeler la police au risque d’entacher la réputation de l’hôpital. 

Cette affaire rappelle un autre infirmier, Stephan Letter, condamné en 2006 à la prison à perpétuité pour avoir tué 28 malades. Il était surnommé "l'Ange de la mort".

Relations tendues entre Varsovie et l'UE 

Il y a encore quelques jours, la première ministre polonaise avait qualifié "d’arrogantes" les critiques d’Emmanuel Macron sur le refus polonais de durcir la directive sur le travail détaché.

Polen Angela Merkel und Beata Szydlo in Warschau (Reuters/K. Pempel)

La chancelière allemande Angela Merkel a jugé mardi ne pas "pouvoir se taire" face aux atteintes à l'Etat de droit en Pologne

 Pourquoi les conservateurs poussent-ils le conflit avec la Commission européenne si loin ? Ils disent qu’ils ne veulent pas quitter l’Union mais que veulent-ils au juste? Leur objectif, à en croire la Süddeutsche Zeitung, n’est rien d’autre qu’affaiblir l’influence de la Commission européenne dans le pays et de renforcer l’Etat-nation. 

Selon le journal de Munich, seulement 11% des Polonais ont une image négative de l’Union européenne. A en croire le quotidien, c’est donc l’attitude pro-européenne de sa population que les dirigeants polonais cherchent à combattre dans leurs attaques à répétition contre l’UE et ses dirigeants.  

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !