1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

N’Djamena: la Maison d’arrêt est engorgée

Au Tchad, la Maison d’arrêt de N’Djamena située dans le quartier Amsinéné est de plus en plus engorgée et les conditions de détention se détériorent jusqu’à en devenir insupportables. 

Écouter l'audio 02:01

Au Tchad, les prisonniers souffrent de la lenteur judiciaire

La Maison d’Arret de N’Djaména est composée de 22 cellules. Construite sur le fond des partenaires, cette maison d’arrêt était prévue au départ pour 300 personnes. Mais aujourd’hui, ils sont plus de 2000 détenus entassés comme dans des boites de sardines de conserve. Seulement 500 d’entre eux ont été jugés et condamnés. Certains ont mis 6 ou 9 ans sans être présenté devant un juge faute de l’lenteur  d’un système judicaire surchargé et inefficace. Conscient de cette situation, le tout nouveau ministre de la justice Professeur Ahmat Mahamat Hassane a décidé de visiter ce centre carcéral.

A la Maison d'arrêt de NDjamena, il y a de plus en plus de prisonniers

Il y a de plus en plus de prisonniers à la Maison d'arrêt

Il est accueilli par les doléances des prisonniers dans une atmosphère survoltée: Cette situation que vivent les prisonniers n’a pas laissé le Ministre de  la justice perplexe. Si le ministre accuse les magistrats d’en être en partie responsables, les magistrats de leur côté, balaient ces allégations d’un revers de la main. Djonga Arafi, Secrétaire Général du Syndicat des Magistrats du Tchad.  A cela, s’ajoute la situation sanitaire très préoccupante de ces détenus. Plusieurs d’entre eux souffrent de la tuberculose, de la gale, d’infections pulmonaires et de maladies parasitaires. Cliquez sur l'image pour écouter le compte rendu de notre corresponadant à NDjamena. 

 

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !