Naissance d′un mastodonte boursier | International | DW | 16.02.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Naissance d'un mastodonte boursier

Deutsche Börse, la bourse de Francfort, et Nyse Euronext, que l'on appelle généralement "Wall street" ont décidé de fusionner. Cette opération d'une valeur de 7,5 milliards d'euros devrait être finalisée d'ici fin 2011.

Traders work on the floor of the New York Stock Exchange Wednesday, Feb. 9, 2011. Stock market operator NYSE Euronext confirms it's in advanced discussions about a potential business combination with Germany's Deutsche Boerse AG. (Foto:AP/dapd)

Le New-York Stock Exchange et Deutsche Börse vers un mariage de raison.

Nécessité économique contre fierté financière: c'est ainsi que l'on pourrait résumer l'atmosphère de cette méga-fusion. Qui va l'emporter dans ce nouveau ménage? La crispation se porte tout d'abord sur le nom. Pour les Américains, il est clair que "New-York" doit apparaître en premier, suivi de DB, pour Deusche Börse. C'est en tous cas l'avis du sénateur Charles Schumer au micro de Claudia Sarre: " Tout le monde sait que la marque NYSE (New-York Stock Exchange) est beaucoup plus importante que Deutsche Börse, donc j'aurais des réserves s'il elle se retrouvait en seconde place. Les managers estiment aussi que le groupe doit s'appeler New York Stock Exchange-Deutsche Börse."

Facebook inspire la bourse

Börsensaal Wall Street

Wall Street va-t-il devenir "Wall Strasse"? La susceptibilité américaine se crispe sur le nom du futur groupe.

Seul ennui, c'est Deutsche Börse qui sera actionnaire majoritaire du nouveau groupe avec plus de 60% des parts. Cette sensibilité américaine s'explique par deux facteurs: d'une part la crainte de voir le New York Stock exchange perdre son influence. Et au delà et plus profondément, le constat que d'ores et déjà le symbole du capitalisme américain, la bourse de New York, est en perte de vitesse. De nouveaux acteurs sont en effet apparus: des plate-formes électroniques, d'échange de sociétés non cotées, issues du modèle Facebook. Elles drainent d'énormes capitaux. Et puis des bourses émergentes qui montent en puissance. Deutsche Börse et le New-York Stock Exchange ont donc décidé de fusionner pour faire baisser leurs coûts. Un mariage de raison, donc, mais pas d'amour. A Francfort, on redoute en effet que le nouveau groupe ne soit piloté depuis New-York où se trouvera le président directeur général. Reste que ce mariage n'est pas encore tout à fait scellé. L'histoire des fusions boursières est une longue suite d'échecs. Les actionnaires et les autorités anti-cartels doivent encore donner leur bénédiction. Mais pour Teddy Weinberg, trader à New-York, il n'y a pas de choix a-t-il confié au micro de notre conseour Claudi Sarre: "Nous vivons dans un monde de plus en plus interconnecté. L'échange d'actions n'est plus lié à endroit précis. Wall Street est partout - pas seulement dans le quartier financier de Manhattan".

Une fusion qui risque de marginaliser un peu plus la place financière parisienne. D'autres opérateurs, comme la bourse de Chicago et le Nasdaq (plus grand marché électronique du monde) qui se sentent eux-aussi menacés pourraient préparer une riposte.

Auteur: Elisabeth Cadot
Edition:Sandrine Blanchard

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !